jeudi 21 janvier 2021

Debout les damnés !

Source image
Le clivage gauche-droite fonctionne encore et toujours. Exit l'affreux Donald Trump !
Ainsi, pour une grande partie de l’opinion sans trop d'opinion, Joe Biden est un homme de gauche, son futur gouvernement ne faisant aucun doute. De la même façon qu'en son temps certains ont pensé qu'Obama était la réincarnation d'un Black Panther ! On ne rit pas, c’est très sérieux. Et si d’aventure vous avancez l’idée selon laquelle Joe Biden est un pédocriminel de la droite dure dont on ne compte plus les proies accrochées à son tableau de chasse, c’est juste si vous échappez à l’exécution sommaire ! Attendons-nous avec lui à des reprises brutales de conflits avec des pays qui n'ont ni l'envie ni les moyens de faire la guerre...
Mais ce n’est pas de cela que je voulais vous parler, pas plus que de la luciférienne Lady Gaga, chantant l’hymne américain devant les caméras et 190 000 drapeaux de l’Empire pour célébrer l’investiture d’un fantôme.
Pendant ce temps immobile, en notre Hexagonie agonisante, le clivage fait dans l’illusion. Pensez bien ! Depuis la maternelle on vous instille l’idée que gauche et droite sont des ennemis mortels ! Drapeau rouge ou rose pour les uns. Étendard tricolore pour les autres... Or un regard objectif sur l’histoire de ces cinquante dernières années efface d’un trait les différences idéologiques que les deux complices entretiennent sur les ruines du pays.
Le reste, puisque reste il y a, relève de la manipulation grossière avec laquelle les deux camps détournent le peuple de ses vrais intérêts. De sa vraie vie ! Le militant de base et le citoyen basique se livrant, à grands coups de mégaphones, une fausse guerre dont le perdant est connu d’avance !
N’ai-je pas lu dans un bulletin d’extrême-gauche à visée électorale (pas de pub gratuite ici) un appel à la « gratuité du vaccin » ! Si bien l’auteur attaque les labos pour dénoncer que les recherches sont « faites avec l’argent public » et les « bénéfices sont privés », à aucun moment on ne met l’accent sur les saloperies contenues dans le vaccin, ni sur les mesures de confinement « sanitaire » qui détruisent l’économie et l’individu dans son identité psychique. Pas plus qu’on ne dénonce le fichage de masse que le gouvernement rêve de mettre en place. Tout pareil que pour la pandémie, dont l'extrême exagération met en évidence les objectifs cachés des gouvernements.
Une chose emboîtant le pas à une suivante, le refus d’obtempérer conduira le réfractaire à un camp de rétention avec la perte de ses droits civiques. Comment doit-on nommer cela en langage courant ? De la « démocratie totalitaire » ?
Que reste-t-il alors dans l’escarcelle du peuple pour nourrir l’avenir, rétablir les libertés confinées et mettre un terme à la conspiration mondiale contre la santé ?
Je ne le sais pas, mais un premier pas est dans la désobéissance civile. Un second, à l’instar des Gilets Jaunes, ne pas faire confiance à la classe parlementaire, car la fonction créant l’organe son état de déchéance morale va de pair avec la perversion qui la corrode. N’est-elle pas l’otage d’une petite élite financière aux visées messianiques et impérialistes, rêvant d’un nivellement global par la mort et le chaos ?

Sous l’Casque d’Erby 




mercredi 20 janvier 2021

Têtes au panier !

Source image

Ne soyons pas étonnés si, dans le cadre d’une insurrection, des têtes roulent avec un bruit mat sur l’asphalte. Pas obligatoirement celles des vrais responsables, mais celles des larbins du pouvoir recevant leurs consignes du cercle occulte qui les guide dans le chaos qu’il a planifié et déclenché.
Ces gens, dont la tête ne repose plus sur grand-chose, dirigeants politiques de la planète, ne sont certes pas entièrement responsables de ce crime – ça en est un – ils ne sont que les bras armés d’une armée de l’ombre pour qui l’empathie n’est pas le sentiment primordial.
Pour eux la vie et la mort ne sont qu’algorithmes. Des courbes sans âmes que des laquais, grassement rétribués et décorés plus tard pour « services rendus », projettent sur un écran et qu’on efface pour une suivante.
Il est désormais évident que le Coronavirus n’est en rien responsable de la vague de misère qui s’abat sur les pays, laissant sur le carreau des millions de personnes qui, du jour au lendemain, sont passées du statut de citoyen de classe moyenne – celle qui fait le lien entre le haut et le bas de la société – à celui de mendigot, à qui on demande des comptes si d’aventure l’espace qu’il occupe dans le lieu public n’est pas interdit aux personnes de sa condition...
Je sais que dans une guerre il y a deux camps. Des pauvres gens se frittent pour le compte d’un tiers qu’on ne voit pas. Pour atteindre cet ennemi occulte, il faudrait que les deux camps s’entendent pour déposer les armes et leur foncer dessus sans pitié. Possible et impossible à la fois, c’est le paradoxe du vouloir et du pouvoir. Jusqu'au jour où un détail infime fait sauter le couvercle. Gare !
En attendant, les deux camps s’exterminent devant le regard impassible des commanditaires. Officiers, gradés, médaillés, héros de toute sorte, sont les obstacles à franchir pour atteindre cet ennemi occulte qui tire ficelles et profits.
Ne reste dès lors qu’à foncer, baïonnette au clair, sur votre semblable pour sauver ce qui reste de petite misère.
La morale – y en a une – est la suivante : même si je sais que ministres, sous-ministres, chef de l’exécutif, faux scientifiques, faux journalistes, mais vrais propagandistes, aussi vrais qu’ils sont des salauds, ne sont pas entièrement responsables des ordres qu’ils exécutent, mais voir leurs têtes rouler jusqu’au panier, à défaut de soulager la misère mettrait du baume au cœur !

Sous l’Casque d’Erby 



lundi 18 janvier 2021

Demande pas pour qui sonne le glas

Source image
Tout concorde. La Pandémie est un leurre, donc un mensonge et un crime passible d’une peine contondante. De celles qui marquent durablement les esprits. Sous couvert de Sécurité Sanitaire on nous prépare au règne des psychopathes.
Si rien n’est encore écrit à 100 %, tout est en place pour la mise en pratique de ce que tout le monde appelle avec pudeur le Grand Reset et qui n’est autre chose que l’avènement du grand esclavage par la dictature totale.
Nous étions déjà en prison, une minorité le dénonce sans relâche, se faisant ridiculiser par « savants » et idiots qui en des termes très humiliants tentent de la disqualifier.
Nous voilà désormais tous alignés comme à la parade, recevant consignes sur consignes de la part de gardes-chiourme costumés « dernier chic » par des couturiers d’une autre galaxie. Pensant qu’ils ont sauvé leurs fesses, ils paradent comme des chapons avant que Noël ne leur tombe dessus. Ils ne réalisent pas – pas encore – qu’ils auront à partager leur vie durant le même espace que les condamnés.
Naître, vivre et mourir en prison, quel étrange destin ! Quel rêve merveilleux pour la minorité dominante.
Tout a commencé par un virus insignifiant à qui on a collé l’étiquette « mortel ». Pardon ! Les mots ont leur importance : « virus létal » ! C'est  plus porteur.
Et soudain, comme dans un concert d’AC/DC, à la belle époque des sublimes insouciances, les cons, bien plus nombreux et dangereux que nos tortionnaires qui ne sont qu’un minuscule 1 %, ont répercuté de la létalité jusque dans les caves les plus sombres du Vatican.
Dieu étant absent, pour des raisons qu'on ignore, le Diable et ses démons ont dansé comme on danse les nuits de la Saint Jean, autour de grands feu de joie, brûlant nos croyances comme on grille du poisson dans les paillotes de bord de mer en été.
Pendant ce temps, dans les bourgs, le glas ne sonne pas plus que d’ordinaire et les cloches rouillent d’un mortel ennui.
« Des promesses ! Des promesses ! », tintent-elles dans un spasme grotesque et silencieux.
N’est-il pas que les grandes douleurs sont muettes ?

Sous l’Casque d’Erby




dimanche 17 janvier 2021

Pause poésie

Petite pause poésie. Après tout, la poésie est à l’origine de tant de choses formidables, que par temps crépusculaires – c’est le cas – elle se révèle comme refuge et citadelle inexpugnables. L’endroit où, à défaut de bonheur absolu, nous pouvons atteindre ce degré d’intensité imaginaire que nul ne peut nous dérober.







Sous l'Casque d'Erby


samedi 16 janvier 2021

Quand on parle Q on ne parle pas de cul

Source image
Vivement que les élections américaines connaissent leur épilogue. 
Normalement, Donald Trump aurait dû éviter cela en se débarrassant des parties corrompues ou impliquées dans des sales affaires avant l’échéance de 2020. Plus facile à dire qu’à faire ! Comment se livrer à un tel nettoyage sans faire des chambres constituantes un désert au moins aussi vaste et austère que celui de Sonora !
Pour avoir une petite idée, il lui aurait fallu destituer 70 membres du gouvernement et environ 85 au Sénat ! Cela jette un éclairage particulier sur la nature et la violence des attaques qui s’abattent sur le candidat sortant. N’oublions pas que ces créatures ont des moyens quasiment illimités ! Tout cela est fort bien résumé ici.
Cette affaire – pas à l’avantage de la « plus grande démocratie au monde »(?!) –, me fait penser à la série télévisée culte 24 Heures Chrono, avec des rebondissements en veux-tu,  en voilà, dont le héros a un boulot de dingue à déjouer complot sur complot, portés par des terroristes aussi pugnaces que retors. Mais lui, c’est Jack ! Jack Bauer ! Et il est californien !
Chaque épisode raconte une heure de la vie de Jack ! Et il s’en passe des choses dans la vie de Jack ! La faute à ces maudits terroristes qui ne lui laissent pas le temps de s’occuper de son intérieur, aussi négligé que le héros peut l’être. Aucun respect pour l’hygiène, ces salauds de terroristes !
Va te trouver une nana dans cet état ! A peine a-t-il fini de zigouiller un malveillant qu’un suivant – formé par les forces spéciales des États-Unis en Irak, les médias diront le contraire – apparaît pour lui pourrir son projet de ménage dans son appartement, ainsi que son rendez-vous galant…
Mais mon propos n’est pas là. Mon propos consiste à m’interroger sur cette campagne haineuse et très sale, où le coup bas est la règle. Quelle chose repoussante peut conduire un groupe de dirigeants politiques à dépenser sans compter des milliards sinon pour cacher l’horreur d’un projet essentiellement consacrée au mal ?
J’aimerais que les « nombreux » partisans de Joe Biden – curieusement plus nombreux à l’extérieur des États-Unis qu’à l’intérieur – m’expliquent en quoi consiste le véritable programme de leur champion ? Jusqu’à présent je n’en ai pas entendu le moindre mot sur le sujet dans les médias dominants, ceux qui font et défont l’opinion !
Et si l’intérêt des démocrates consistait à maintenir et consolider l'Etat profond, à relancer les guerres, à créer le désordre et à aider la Galaxie Bill Gates à soulager la planète de son surplus d’humains – Bill parle d’environ 3 milliards de vies à retrancher sur le total – j’en connais qui seront sacrément surpris quand leur tour arrivera ! 


Sous l’Casque d’Erby 



jeudi 14 janvier 2021

Covid, présidentielles et pays en ruine

Source image

Dans un peu plus d’un an, nous serons peut-être encore confinés, nous vivrons des présidentielles devant notre téloche, si d’ici là les élections ne sont pas annulées par le Conseil scientifique de l’Élysée parce que le Covid aura fait disparaître les électeurs et consacré Macron président à vie du plus grand cimetière de l’histoire de la Cinquième.
Apprêtons-nous à traverser un moment d’intense émotion. Qui pour succéder au pervers narcissique, hybridation de la Banque Rothschild et du dur de la dent François Hollande ? Vous en voyez beaucoup de candidats « crédibles » pour ce grand remplacement ? Moi aucun.
Depuis des décennies on nous bourre le mou avec le danger Le Pen, père, fille et maintenant la nièce. Gare aux loups ! A chaque élection on brandit l’épouvantail familial comme on promène des banderoles syndicales entre la place de la République et celle de la Nation, sans que rien n’altère la tranquillité des nantis. Ni ne les empêche de licencier à tour de bras après avoir palpé des milliards d’euros d’aides des caisses de l’État, approvisionnées par l’effort de tous, pour préserver la « paix sociale », comme ils disent. Et comme les pauvres sont plus nombreux que les riches, je vous laisse deviner qui raque le plus !
Nous sommes d’accord pour admettre que depuis Pompidou – pour ne parler que de l’histoire récente – tous les candidats élus sont désignés par des banquiers. Qui n’est pas passé au guichet a peu de chance de voir sa trombine placardée sur les murs des bâtiments administratifs. Le peuple ne faisant que cautionner ce qu’on lui dit de cautionner. On lui dirait à la télé que depuis des siècles nous vivons dans l’erreur, que le soleil se lève la nuit et que la lune chauffe le jour qu’il colporterait cette nouvelle vérité sans broncher et ferait de la charpie à qui oserait affirmer le contraire ! La crédulité est une viande nerveuse ! Et ne comptez pas sur l’opposition pour crier à l’imposture, elle fait partie de la distribution et tient à ses prérogatives.
Depuis 1973 la France ne décline plus, elle creuse sa tombe, sans que, à aucun moment, le clan Le Pen n’ait eu à commander aux destinées du pays. Où est donc l’erreur ? Je pose la question aux personnes qui sont encore valides de la comprenette. A ce stade, tout pareil que lorsqu’on aborde la tumeur sioniste dans le monde, il faut d’entrée dégainer l’incontournable « je ne suis pas antisémite », sans être sûr de rien, et que je me dépêche d’appliquer au sujet de Le Pen, avec la même incertitude : « non, je ne suis pas lepéniste » !
Le pays n’en peut plus des gens qui veulent le « sauver » et qui le poussent vers les abysses ! Gouverner n'est pas détruire !

Sous l’Casque d’Erby 



mardi 12 janvier 2021

La pédophilie n’est pas un droit, c’est un crime !

Source image
La pédophilie d’élite est ce marais aux fonds boueux où croupit l’âme de milliers d’enfants victimes de prédateurs sexuels.
Organisée en réseaux aux puissantes ramifications, la pédocriminalité use du chantage comme d’une arme de précision, d'où sa quasi impunité.
Si le fléau touche toute la société, sa pratique dans les hautes sphères du pouvoir est si courante qu’on en vient presque à la banaliser. Il fut une époque où il était du dernier chic de témoigner devant les caméras, arborant le principe « libertaire » de la permissivité pour faire de ce crime l’aliment naturel de toute morale ! Si ce n’est que les auteurs de ces attentats ignobles ne sont pas derniers à prôner de la « tenue » et à fustiger avec violence le peuple pour ses dérives irresponsables, quand celui-ci ose revendiquer un droit social.
De l’art contemporain au show-biz, de l’univers de la mode à Hollywood et jusqu’au plus profond du pouvoir profond tout est pourri par cette déviance criminelle à laquelle doit se soumettre tout candidat à la réussite. Dès lors, la passerelle entre pédocriminalité et satanisme se fraye un chemin « naturel » chez les oligarques qui dirigent le monde, aussi « naturellement » qu’ils sodomisent les petits enfants enlevés ou achetés à des parents dans la misère pour en faire des esclaves sexuels. Certains poussant l’ignominie jusqu’à torturer pour entendre l’enfant hurler pendant qu’ils « déchargent ». Terme utilisé par feu Michel Polac, icône d’une génération de dépravés, avec un gamin de 10/11 ans qu’il avait culbuté. Mais 11 ans c’est déjà la limite pour un Frédéric Mitterrand jugeant qu’au dessus de « 14 ans, c’est dégueulasse » ! Au berceau c’est beaucoup mieux, n’est-ce pas !
Mais que penser de la classe intellectuelle, Finkielkraut en tête, volant au secours des Cohn-Bendit, Duhamel, Polanski, Woody Allen, DSK et autres violeurs, militant pour un « consentement mutuel dès l'âge de 14 ans » 
Et comme tout se tient, quand d’aventure un scandale éclate et qu’une personnalité « respectable », de celles dont la photo est étalée dans les magazines, parfois même propriétaires de ces revues, en est éclaboussée, la justice est là pour se coucher, faisant traîner le dossier afin de retarder le jugement ou adoucissant la peine quand elle ne peut l’éviter, puisqu’elle aussi patauge dans le marais !
Ne pas fermer les yeux et mettre fin à ces crimes est le devoir de tous. Car c’est ces mêmes gens qui font partie des 1 % qui mettent le monde à feu et à sang !
Assainir la société passe par l’éradication de la sale engeance !

Sous l’Casque d’Erby




lundi 11 janvier 2021

Élections américaines : le vol des âmes

Source image
Nous vivons une époque riche et chaotiquement historique. Qu’on s’en souvienne. L’histoire, dont certains philosophes et historiens on prédit la fin, fait encore des siennes. Ses dernières convulsions ? Que pouvons-nous contre cela, pauvres pantins ?
Je nous vois en train d’exorciser un mal invisible, dans un monde où grouillent des créatures visqueuses se nourrissant de notre sang.
L’élection américaine – entachée de fraude, c’est avéré – dont l’épilogue est attendu ce 20 janvier dépasse tous les standards du genre. Quand on dit que tout ça c’est du cinéma ! Sauf qu’en la circonstance le sang et les larmes ne seront pas des effets du maquillage.
L’invasion du Capitole par des émeutiers aura été le clou d’une représentation riche en rebondissements. Si les images et l’attitude des envahisseurs donnent à supposer leur appartenance à la « galaxie » trumpiste – ce qui est en grande partie vrai – qui nous dit que les manipulateurs et les activistes les plus en vue ne sont pas des comédiens rétribués par les adversaires pour discréditer le camp trumpiste et gagner la bataille médiatique, en présentant l’intrusion comme les prémices d’un coup d’État ?
J’exagère ? Toute proportion gardée, n’avons-nous pas assisté récemment à des provocations de ce genre par chez nous avec les manifestations des Gilets Jaunes où des black-bloc, pilotés par la préfecture, ayant pour mission de faire passer des manifestants pacifiques pour des casseurs et, subsidiairement, des antisémites ?...
Ce qui me fait sourire c’est les qualificatifs utilisés par des hordes « démocratiques » brandissant le missel de la démocratie athénienne comme argument de choc : ouste le facho, l’extrême-droitiste, le nazillon, etc., alors que pendant des années, les Bush, Clinton, Obama, Biden et consorts n’ont fait que servir un pouvoir pédo-sataniste, avec des réseaux tentaculaires sur toute la planète, y compris en des endroits plus feutrés où l’on donnerait le bon dieu sans confession !
A propos de démocratie grecque, n’oublions pas en quoi consistait le modèle tant vanté. Je résume, mais qu’on ne s’y trompe pas, c’est la vérité historique : oligarchie de propriétaires terriens « formés au maniement des armes; soit  40 000 hoplites mâles entourés de 40 000 métèques ( immigrés sans droits) servis par 110 000 esclaves » ! (1)  Qui dit mieux ?...
Quand on fait appel à des modèles, il faut faire gaffe : la démocratie grecque était plus proche du principe aristocratique traditionnel, à l’instar de l’Ancien régime, que de cette fausse utopie que des gauchistes instrumentalisés vendent comme l’affaire des siècles !

1) Alain Soral - Comprendre l'Empire  - Editions Blanche


Sous l’Casque d’Erby



vendredi 8 janvier 2021

200 artistes pour le vaccin, et moi et moi et moi !

Source image

La campagne pour la vaccination bat son plein. Selon des sondages – qui pour leur faire confiance ? – seulement 40 % de la population serait prête à se faire mettre une aiguille pour le bonheur des laboratoires et autres apprentis-sorciers. Et cela, sans même savoir, si le contenu de la seringue est aussi efficace que le disent les faiseurs de couvre-feu, de confinements et fabricants de lois mortifères. 
On dit même – chez ceux qui préconisent l’obligation du vaccin – qu’ils ignorent si celui-ci sera efficace du fait de la mutation de la bestiole qui attaque et grignote telle un Pacman de nouvelle génération les libertés, le travail et le droit de vivre « normalement ». Bien que la normalité soit à prendre avec des pincettes depuis lurette !
Pour rendre attractive l’opération vaccin, des artistes du show-biz ont prêté leur binette conférencière pour « montrer l’exemple » et « pour sortir de ce bordel », disent-ils, sans piper mot sur la dictature qui se propage à travers le monde comme la gangrène !
Voir l’affiche de ces tronches de lèche-tout étalées pour la Grande Parade de l’Obscène, me donne la nausée.
Je sais qu’un acteur, un comédien, un chanteur, un présentateur de téloche, un diseur, certains comiques, sont par définition et par le métier qu’ils exercent des putes. Nous le savons et ils le savent. Mais il y a une différence : les vraies putes assument fièrement leurs statuts !
Certes, certes, il y a, comme dans tous les milieux, le haut du panier et les catégories inférieures, les trimardes, celles qui écument le bitume dans les bas quartiers, qui se font souiller pour trois balles la passe sur des draps qui n’ont des contacts avec la lessive que très rarement. Celles qui, pour éviter que le foutre souille le couvre-lit le recouvre d’une grande serviette-éponge. Et quand l’affaire est faite, on arrange les plis de la couche et… Au suivant !
Il y a parmi ces call-girls de l’appel à vacciner des experts et expertes pour écarter et se faire écarter, jouer les accompagnatrices de luxe auprès de businessmans ou des hommes politiques ayant à mettre plein la vue à des futurs clients... Du sale boulot, certes, mais non dépourvu d’élégance, avec les touches esthétique/érotique nécessaires pour se donner l’impression d'être quelqu'un au moins d'aussi important que le client d'un soir. Mais au fond, que reste-t-il, au fond de tout ça, quand tombe le rideau ? Une giclée de foutre dont la gomme vous poisse l’âme. Si tant est que ces gens en ont une, d’âme !
Promis-juré, je n’irai plus chez les putes de ce genre, j’en suis vacciné !


Sous l'Casque d'Erby 



mercredi 6 janvier 2021

Liberté, égalité, vaccination. Un bas les masques historique.

Source image
Jusqu’à il n’y a pas long nous étions formellement convaincus que nous vivions en république libre, basée, certes, sur une constitution un brin monarchique, mais nous l’acceptions, fiers de pouvoir étayer nos dires avec « Les Lumières » et l’incontournable Révolution française de 1789 ! Arguments devant lesquels on s’incline, comme on se prosterne devant son Éminence !
Regrettable erreur d’aiguillage. Si les fameux Lumières étaient ce que nous pensons qu’ils étaient, intellectuels et philosophes brillants, ils étaient aussi et surtout le moteur et le combustible du libéralisme banquier, importé en France par l’aventurier écossais John Law, banquier et fils de banquier. Or nous savons que les lumières des banques n’ont jamais éclairé que leurs propres coffres-forts. 
Dans cette histoire de Lumières et de Révolution, le peuple n’a été que l’instrument de la bourgeoisie pour se débarrasser de l’Ancien Régime. Une stratégie éprouvée par des siècles d’expériences : pour chasser un adversaire du pouvoir afin de le lui chourer on lui désigne un ennemi, on monte l’un contre l’autre et quand les deux camps se sont bien purgés, on se saisit du saint Graal, au nom du peuple !
Faut toujours se méfier de la puissance occulte dans les conflits pré et post-révolutionnaires.
Depuis des générations des écoliers sont formés pour défendre bec et ongles l’idée d’un peuple souverain, « maître de son destin » ! Quelle merveilleuse illusion !
Bien sûr les choses ont un peu changé et la bourgeoisie nationale de papa-maman, prenant le virage de la mondialisation, a cédé le passage à ce que Alain Soral nomme dans « Comprendre l’Empire »  la  « caste emblématique de techno-gestionnaires du Capital désormais coupés de toute attache géographique et morale »... 
Nous le voyons plus nettement avec l’escroquerie sur la pandémie hyper létale qui ne tue que la volonté des personnes à retrouver leur dignité, un nivellement par le bas et l'implantation d'une gouvernance globale n'ayant que faire de nos petites vies !
Croyez-vous encore à l’idée de vivre en démocratie en se faisant vacciner de force ?
Que pensez-vous d’une démocratie qui vous empêchera d’accéder à des activités « normales » sans un « passeport sanitaire » délivré en bonne et due forme après ponction ?
Respirez, vous êtes pucés !

Sous l’Casque d’Erby



lundi 4 janvier 2021

Loterie vaccinale

Erby

Grâce à la campagne de contre-information menée sur les réseaux sociaux, mais aussi sur le terrain, la France est le pays dans le monde où les habitants se vaccinent le moins (352 au 31 décembre). C’est une des rares fois où je me réjouis de voir notre pays si mal classé ! Le gouvernement attribuerait cette poisse à une pénurie de stock. Pareil que pour les masques ?...
Campagne de vaccination lancée par un gouvernement en plein conflit d’intérêts et qui pour l’heure a « totalement foirée ». Au point que les branques qui gouvernent, charognards du mondialisme, envisagent un tirage au sort pour désigner les heureux gagnants de la loterie vaccinale obligatoire ! Ceci n’est pas une blague de « complotiste », c’est la cruelle réalité !
Ce tirage désignera 35 français du « collectif citoyen » (?!) prêts à mettre en danger leur santé et sacrifier leur identité génétique pour obéir à l’Empire, ce qui d’évidence n’a rien à voir avec la France ! Si ces gus sont volontaires, nous avons là une brochette de débiles pouvant participer à n’importe quelle parade olympique !
S’il s’agit comme on le sait d’une campagne incitative pour pousser du blaireau vers le précipice, nous pouvons ironiser sur le chiffre relativement bas pour une population de 68 millions d’habitants souvent jugée grégaire ! Mais si, comme on le murmure dans les antichambres, il s’agit des mercenaires, semblables à ceux que l’on paye dans les grandes boîtes pharmaceutiques pour tester un remède expérimental – il y a dans ce cas beaucoup d’étudiants et des gens pauvres, mais peu de patriotes – libre à eux de se faire passer pour des héros de la nation en échange d'un peu de monnaie. Mon héroïsme à moi ne va pas si loin ! Savent-ils seulement que les effets secondaires de ce vaccin peuvent s’avérer irréversibles ? Ont-ils signé une décharge en faveur du gouvernement, ou celui-ci leur a promis un petit pactole pour la famille au cas où...
Un drôle de jeu en vérité que ce tirage au sort. Un jeu où le gagnant est le perdant ! Cela me rappelle cette page noire de l’histoire de France pendant l’occupation nazi, lorsque des résistants – ceux de la première heure, pas ceux qui sont venus au guichet avec la libération pour tondre des innocents, souvent victimes de l’occupation – se livraient à un acte de sabotage et que l’armée d’occupation déboulait dans un bled, désignant au hasard les « gagnants », les scotchant à coups de mitraille contre le pignon d’un immeuble ou d’une maison pour l’éternité ? C’est quoi ce vaccin, sinon la mitraille d’une armée financière d'occupation !
« Quelle légitimité démocratique il y a à prendre certaines décisions quand la plupart des membres qui décident et réfléchissent font partie des multinationales et du monde de la finance ? »

Sous l'Casque d'Erby



samedi 2 janvier 2021

2021 et ça tourne toujours pas rond !

Erby
On parle du « monde d’avant » et du « monde d’après » sans que notre esprit matérialise le concept de manière précise. Par « concept » j’entends la monstruosité qui s’installe dans nos vies, conçue depuis des décennies par des cerveaux malades, et qui trouve sa réalité par le « miracle » d’un virus magique et ses multiples et heureuses mutations.
Son apparition publique et sa gestion voici bientôt un an n’est pas le fruit du hasard, d’un accident de laboratoire, ou, encore moins, l’œuvre d’une cinquième colonne insinuée au cœur de notre système, œuvrant pour le compte d’on ne sait quel concurrent commercial afin d’accéder à un monopole.
Le synopsis du film, dont la bande annonce est sur tous les écrans télés 24/24, résume l’intrigue de manière brutale mais très efficace. Le public l’adore sans même l’avoir vu. Les salles de cinéma restant fermées pour cause de virus, il pourra le visionner dans son salon à partir de 18 heures, heure à laquelle « si tu bouges, prune au cul » !
A son propos, on entend des oh ! Des ouah ! Et des waouh !, devant les images sélectionnées dans la bande annonce pour aguicher le chaland ! Avançant masquées, il est difficile au public de deviner le nom de nombreuses starlettes participant à la méga-production, mais toutes s’y donnent à fond ! On loue leur travail, à défaut du talent, au point que la présidence de la république non imaginaire où se déroule l’action leur attribue des décorations nationales pour « services rendus » à la nation ! On n’a rien sans rien !
« 2021, le Monde d’après » est en réalité un coup d’État financier visant l'extermination d'une partie de l'humanité et le contrôle par l'esclavage économique et politique de la planète par les banques : suppression de la monnaie telle que nous la connaissons, disparition du dollar comme valeur de référence, élimination du petit commerce au profit de grands complexes automatisés, dislocation de la vie sociale, création de nouvelles valeurs bancaires, cartes de crédit « intelligentes », pouvant vous couper les vivres à tout instant, si d’aventure vous affichez un comportement réfractaire, contraire aux nouvelles règles en vigueur dans l’espace public, votre profil étant référencé par l’injection d’un vaccin contenant des nanoparticules qui, reliées à un logiciel central, vous effacera du fichier d’un revers de main, comme on se défait d’une poussière sur l'épaule du manteau.
Confinement, couvre-feu, distance physique, laisser-passer, vaccin et rappels ne sont que les étapes conduisant progressivement au niveau supérieur du « monde d’après ». Adieu bistrot ! Adieu cinéma ! Adieu théâtre ! Adieu concerts ! Adieu la culture, si mauvaise fût-elle !
Adieu l’Amour et les amourettes, les bisous et les câlins ! Adieu la vie !
On se bouge en 2021, tous nos moyens sont bons, sinon nous aurons droit à une suite : « Bienvenus à la morgue ! »

Sous l’Casque d’Erby