samedi 20 mars 2021

Vive la Commune, mais pas que !

Source
Il y a 150 ans, la Commune de Paris allait écrire une page sanglante de l’histoire de notre pays, en même temps qu’elle soulevait une vague d’espoir jamais concrétisée par la suite, sauf, dans l'esprit, l’intermède espagnol de 1936 à 1939 pendant la guerre civile. Du sang et de la terreur au menu.
Depuis des générations, tous les ans, à date ponctuelle, on célèbre sa mémoire à grands coups de sniff-sniff, répandant mouchoirs en papier sur les trottoirs, après avoir essuyé des yeux irrités et des tarbouifs dégoulinants.
Dire que cette dépense d’énergie m’a toujours gavé, tout autant que la distribution de tracts à la sortie des bouches de métro, ne donne qu’une petite idée de l’état dans lequel cela me plonge. Ni utile ni agréable. Et très frustrant.
Avant la Commune, je fais vite, ce fut la révolte des canuts à Lyon en 1831 ; et avant encore - bien avant - Spartacus et « ses » parias – 73 avant J.-C. - donnant pendant trois ans du fil à retordre à l’Empire romain pour une crucifixion massive.
Après ça, plus près de nous, les marins de Kronstadt, en 1921, dénonçant la dictature bolchevique et se faisant larder, tout pareil que les communards précédemment. N’oublions pas, lors de cette période de dictature du « prolétariat » naissante, l’attitude néfaste des bolchos à l’égard de Nestor Makhno et de son armée ukrainienne, souvent alliés du nouveau pouvoir contre les « russes blancs » et sitôt trahis, massacrés par ce même pouvoir, dont le bras armé n’était autre que feu Léon Trotsky, que certains nous présentent dans le milieu politique français actuel comme un angelot ! Je t'en foutrait !
Comme on le voit, les occasions de célébrer une tragédie ne manquent pas ! En fait on ne célèbre que des défaites ouvrières, au fur et à mesure que le monde s’enfonce dans le chaos et le totalitarisme.
En vérité j’en ai franchement marre de ces « festivités » ponctuelles qui endorment plus qu’elles n’éveillent !
En 1945 nous pensions que le ventre de la « bête immonde » avait été rendu infécond. Or, avec une certaine distance, on s’aperçoit avec horreur que ceux qui avaient œuvré à rendre stérile le nazisme, s’enrichissant au passage, sont les mêmes qui aujourd’hui poussent à la gouvernance globale, à l’eugénisme et à l'effacement de toute volonté... 
Alors, nos petites manifs de célébration annuelle, non seulement ils s’en tamponnent, mais ils les encouragent pour développer plus de désordre dans les esprits.
Plus un pays est acculturé, plus il est facile à manœuvrer. 

Sous l’Casque d’Erby



dimanche 14 mars 2021

Noir c'est noir

M Art' IN
Retour de la ville. Muette et immuable. Le désert de Gobi version Big Brother.
On murmure à l’oreille du canasson que je suis que « ça bouge » ; que le pouvoir profond n’a qu’à bien se tenir ; que tout ça va sauter ; que les salauds seront pendus avec les boyaux des derniers capitalos.
Dans le doute, j’ai sorti le costume de la naphtaline et le tient fin prêt pour le cas où… Noir avec sa cravate rouge, mes couleurs, celles de l’anarcho-syndicalisme ! Pas ce rouge bâtardé qu'on nous sert en guise de consolation entre deux arnaques électorales. Du rouge bakouninien tendance Buenaventura Durruti.
Je dis bien au cas où.
Tellement de choses se bousculent dans l’esprit par ces temps chaotiques qu’on ne sait plus sur quel mur taper le front pour faire désenfler l’hématome.
Ainsi, la dernière polémique au sujet d’un livre venu d’outre-Atlantique, laquelle fait suite à d’autres de la même eau, comme celle qui m’oblige à baiser les arpions des blackos pour des « crimes » que je n’ai pas commis.
Un remède contre la connerie ? Hélas, non !
La traductrice désignée, Marieke Lucas Rijneveld, écrivaine et poétesse néerlandaise, pour traduire son homologue américaine, la poétesse noire Amanda Gorman, choisie par Joe Biden pour son investiture, abandonne la partie, non point pour incompétence, au contraire, mais parce qu’elle n’est pas noire de peau, pas plus qu’elle n’affiche un CV d’activiste poursuivie par les services de sécurité de l’État ! Bref, elle est victime de sa couleur de peau et d’une histoire militante aussi plate que l’eau du robinet.
En effet, une décérébrée de gros calibre, journaliste et militante noire, Janice Deul (là on s’accroche !) estimant qu’une « personne noire aurait dû être choisie pour ce faire » !
Et si nous répondions à cette hystérique aux neurones mal fagotés que les noirs n’ayant pas inventé l’écriture, leur culture étant d’essence orale, au nom de qui ou de quoi écrivent-il des livres ou des articles comme le sien avec des signes inventés par des non noirs ?
On laisse couler, noir c’est noir !

Sous l’Casque d’Erby



dimanche 7 mars 2021

Nos gouvernants n'aiment pas la France ni les français

Erby

Ce n’est pas souvent que je file en ville. Je ne l’ai pas fuie pour éprouver soudain le besoin d’un  « retour aux sources », comme on dit dans le jargon. Quand j’y reviens, faut pas se mentir, j’éprouve du plaisir à la retrouver. A goûter son anonymat sinon sa terrible indifférence, c'est selon. Peut-être parce que je sais que je ne vais pas m'y éterniser.
Quand j’y atterris, je m’installe à la terrasse d’un troquet dans une rue passante, et là, bien calé dans mon trip, le monde y défile comme dans un manège magique. Tous les pays s’y donnent rendez-vous pour un festin visuel digne de la quatrième dimension. Les couleurs flamboient comme des oriflammes poussées par la brise des rêves, sans autre notion que celle d’exister parce qu’on respire, on rit, on pleure, on aime ou on déteste, sans haine et sans crainte.
Parce que c’est la vie et que c’est ainsi qu'on l'aime.
Hélas, ce dernier passage a été un désastre moral. Comme si le glas des espérance, sonnant la fin des temps, ouvrait des passerelles vers un enfer perpétuel. Comme si des poignards maléfiques perçaient les entrailles, vous laissant juste ce souffle ténu pour que vous caressiez l’espoir insensé d’un retour à la vie normale. La vie d’avant la torture.
Plus de troquets pour voir défiler le monde dans sa sublime beauté. Que des gens tristes, tristement masqués. Des couples se tenant par la main ne cherchant même plus à s’embrasser. Il ne leur manquait que les gants pour éviter le peau à peau délictueux ! 
Plus de musées où aller faire fleurir l’arbre de l’esprit devant l’origine du monde.
Plus de cinémas où étancher une soif d’imaginaire en regardant 2001 l’odyssée de l’espace, Les sentiers de la gloire, un bon Sergio Leone, Citizen Kane ou n’importe quel navet pourvu qu’il procure du plaisir à celui qui regarde.
C’est cette liberté que nos dirigeants veulent effacer, ouvrant les vannes à une gouvernance totalitaire.
Les gens qui sont à la tête du pays n’aiment pas la France ni les français. Peut-on laisser la direction d’une nation à des personnes qui n’ont que la haine pour moteur ?

Sous l’Casque d’Erby 



jeudi 25 février 2021

Tricher, mentir, voler, Macron connaît la zyque

Erby
J’ai lu que chez nos voisins les germains le ministère de l’intérieur est le plus grand pourvoyeur de fausses nouvelles du pays sur le Covid 19. Une usine à mensonges !
Die Welt, un média tout ce qu’il y a de plus normal chez les teutons flingueurs, expliquait comment le « ministère de l’Intérieur allemand a commandé à des scientifiques des projections de mortalité alarmistes » !
Un esprit simple pourrait-il imaginer devant ce scandale des choses identiques par chez nous sans se faire démolir par la propagande médiatique ?
Même si l’exagération des chiffres reste chez nous en dessous des calculs allemands, l’approche est la même. En conséquence, la sanction, s’il devait y en avoir, devrait être identique.
Les salauds sont à l’œuvre et les peuples sont sous l’effet de puissants narcotiques. Qu’on ne me dise pas que la sinistrose en est l’unique cause. La connerie a aussi sa place dans cet état !
Les criminels de l’exécutif savent jusqu’à quel point la bêtise peut servir leurs desseins ! L’acte criminel étant avéré, il n’en est que plus grave !
Les gouvernants suivent un plan de nivellement par le bas soigneusement préparé. Sinon, qu’on explique scientifiquement quelle différence cela fait, en matière de létalité virale, un couvre-feu à 18h au lieu de 20 heures, sinon à infliger une torture psychique à la personne ? En supposant que le couvre-feu soit le miracle tant attendu pour venir à bout d'un virus finalement pas si mortifère ! Il ne faut pas prendre le peuple pour plus con qu’il n’est. A force, ça finit par se voir. Gare à sa colère quand il en prendra conscience !
Qu’on nous prouve en quoi un confinement le week-end et pas le reste de la semaine va faire reculer le virus ? Des questions simples qui ne nécessitent pas la réponse des forces de l’ordre !
Chez certains – j’en fais partie – on parle de « crime contre l’humanité », de « collaboration », pour les individus complices de l'arnaque, en référence à l’occupation allemande. On évoque aussi très sérieusement une liste de Schindler pour y inscrire les noms de ceux qui consciemment ont contribué à répandre des fausses nouvelles, moyennant qui une fonction, qui un revenu, qui les deux ! Sans oublier, cerise sur le gâteau, le nouveau procès de Nuremberg pour actes de torture volontaires.
Pour ma part, je suis contre les procès : trop coûteux pour défendre des vandales, cet argent pouvant servir à redresser les nations.
Ces gens, si le peuple se réveille – je reste cependant dubitatif sur ce point – devront fournir d’autres explications que les très éculés « j’appliquais les consignes », « j’obéissais aux ordres », « je ne savais pas », et autres « si j’avais su » ! 
Tous savent ! 

Sous l’Casque d’Erby 

 



dimanche 21 février 2021

L’honneur perdu des insectes

Un an bientôt qu’on bride, on brime et on ligote les peuples du monde, avec des voix sporadiques qui s’élèvent, mais pas assez nombreuses pour que la rue se soulève.
Je n’y crois plus à ce « retour à la normale » tant attendu et tant proclamé. J’entends par là, l’idée de retrouver les marqueurs que nous avions avant la mise en place de cette maudite dictature « sanitaire ».
Nous avons changé de dimension par le fait d’un mensonge. Des insectologues missionnés pour étudier le comportement chez les différentes colonies de la planète terre l’ont ainsi pensé et décidé. Que sommes-nous d’autre, malgré nos airs, sinon des insectes entre les mains d’entomologistes froids comme des coups de scalpels ?
Le « monde d’avant » appartient désormais à cette mémoire confuse qui agite encore l’intérieur de ceux qui ne perdent pas espoir, mais dont le poids dans la balance n’est qu’anecdotique. Même si mathématiquement la masse a ce poids pour elle, la minorité dominante a quasiment partie gagnée, puisqu’elle neutralise l’esprit par la peur et le mépris.
Par peur et par contrainte, nous porterons un masque qui ne protège pas mais qui est obligatoire !
L’enseignant imposera des règles traumatisantes aux élèves parce que telles sont les consignes.
Les infirmières continueront de sonder les trous de narines et du cul des patients à la recherche d’un trésor enfoui, parce que c’est ainsi qu’on le décide.
Les policiers frapperont au hasard tout « contrevenant », qu’il soit jeune, vieux ou handicapé, parce que c’est pucé dans les gènes et que c’est ainsi qu’on l’ordonne !
Les médecins prescriront en silence ce qu’on leur dit de prescrire, sous peine de se voir radiés du Conseil de l’Ordre, lui-même au service des multinationales de la santé.
Pour les mêmes raisons on vaccinera jusqu'à extinction les vieux dans les Maisons de retraite et on empêchera les familles de les approcher, les condamnant à mourir dans l’indifférence.
On obligera le personnel des entreprises à se faire vacciner sous peine de perdre l’emploi en cas de refus.
Une fois tous bien ligotés, autrement dit vaccinés et revaccinés, munis d’un passeport sanitaire (permettant l’accès aux lieux publics), séquestrés, menant une vie d’animaux en cage, on continuera de porter le masque, d’observer la distance sociale, de respecter le couvre-feu et de s’auto-confiner pour le plaisir des psychopathes qui ont tout imaginé et qui se frottent les mains devant ce spectacle incroyable qu’ils n’imaginaient pas aussi facile à réaliser.
Quant aux formules divertissantes qui fleurissent sur les réseaux sociaux, dans les milieux politiques et médiatiques, alimentant débats et rivalités, telles complotiste, islamogauchiste, antisémite – l’arsenal de istes est inépuisable – sont des bouts d’os qu’on lance à la meute pour lui faire croire qu’elle a des crocs et qu’elle jouit d’une liberté totale. Leurre !
Le monde d’avant ? On l’oublie ! Sauf si… Mais j’en doute.
La question que je me pose : pourquoi continuer d’aboyer « dans le désert » avec un blog sans audience, hormis celle de quelques chiens galeux qui osent encore y croire ? Peut-être parce qu’au fond de moi brille toujours cette chose qu’on appelle l’honneur. Mais sûrement, j’ai un grain !

Sous l’Casque d’Erby 



vendredi 19 février 2021

Dieudonné c’est 9 000 balles la chanson !

Source
Dieudonné a été condamné par la cour d’appel de Paris à une amende de 9 000 balles pour sa chansonnette « C'est mon choaaa  ». Balancée sur Youtube et autres plateformes en 2017, elle avait fait bondir une communauté aux nerfs à vif.
Une pantalonnade où l’artiste réfractaire se lâche pour le rire et pour le bien.
Il avait précédemment sévi en farcissant les pygmées, les chinois, les africains, etc., sans que cela ne froisse la bonne conscience de quiconque (voir vidéo « racistes anonymes », colonne de droite).
J’aime l’humour décapant de cet artiste unique, qu’on pousse à vivre comme un animal traqué !
Quoi qu'il en soit, ce n’est pas de cette oreille qu’on a reçu les paroles « Shoananas » du côté de la communauté juive de France, très pointilleuse en ce qui concerne le copyright de la Seconde guerre mondiale. Pour mémoire, la Seconde guerre mondiale fit, selon des sources fiables, entre 50 et 85 millions de morts, en Europe et en Asie, dont quatre millions de juifs… Pourquoi alors réduire cette horreur à la seule communauté ?
Que deviennent dans ce calcul les russes, chinois, espagnols, français, allemands, sénégalais, anglais, américains et tant d’autres ? Pertes et profits ?... 
C’est la combientième condamnation de Dieudonné pour des sketchs jugés choquants ? A force, l’homme de la rue, celui qu’on vaccine et qu’on confine, finit par trouver banal que les tribunaux de la république soient sous le contrôle des communautés organisées. Pas seulement de la communauté juive ! Cela fait les affaires de qui et pour quel dessein ?
Un pays fier de sa liberté n’interdit ni n’embastille ses artistes ou ses intellectuels pour des propos jugés outranciers. Ce n’est pas par l’outrance que ce monde s’est hissé à un niveau supérieur ?
C’est en usant de cette liberté qu'une nation montre sa force. Quand cette valeur se perd ou est réduite au silence par le biais de quelques formules d’un pathos affecté, ce pays est en train de ruiner son destin.
Haut les cœurs !

Sous l’Casque d’Erby




mardi 16 février 2021

Écrivons une histoire moins glauque

Erby
Que raconteront dans vingt ans les enfants qui ont aujourd’hui entre cinq et dix ans quand ils entendront parler du Covid ? Que ce fut la version contemporaine de la mort noire ? Pandémie particulièrement meurtrière qui emporta la moitié de la population européenne en l’espace de cinq ans, entre 1347 et 1352 ! (1)
Pour info, à l’époque, L’Europe comptait dans les 50 millions d’habitants. Faites le calcul... 
En sommes-nous là aujourd’hui, malgré l’acharnement du gouvernement à infliger aux patients des traitements comme le Rédemsivir, de chez Gilead, dont même l’OMS y était opposée  ?
A quoi pensaient le Président Macron et Agnès Buzyn (aujourd’hui planquée à l’OMS) en interdisant le protocole du Professeur Raoult, classant L’hydroxychloroquine comme « substance vénéneuse » et imposant à la population un vaccin dont les morts après vaccination commencent à se compter ?
Et pourquoi ne pas autoriser l’ivermectine ou la vitamine D, alors que ces deux remèdes donnent de bons résultats, selon les gens du métier ?...
Même si nous sommes loin du compte en matière de vaccination, ce qui compte, c’est ce qu’on instille aux enfants à l’âge où l’esprit absorbe comme une éponge. Le gouvernement s’employant à faire propager la terreur, pas pour circonscrire un mal somme toute relatif, mais pour préparer les futures générations à accepter le totalitarisme comme un « pis-aller » ! Pour « notre bien » !
Macron joue-t-il consciemment le moyen et le long terme avec l’espoir de soumettre la population à la volonté de cette minorité sataniste dont il est le larbin ? Il se murmure d'ores et déjà qu'il est question d'un nouveau confinement début mars !
L’Éducation Nationale demeure en cette circonstance particulière l’auxiliaire privilégié du gouvernement. Prompte à envahir la rue quand on parle de « dégraisser le Mammouth » ou pour brandir des « Je suis Charlie » à la suite d'une brochette de dictateurs planétaires, lors des manifestations historiques, mais quasiment muette quand on l’oblige à appliquer sur les futures générations des protocoles qui ont plus à voir avec la soumission à Big Brother qu’avec la prévention sanitaire !
Je me dépêche de préciser que je connais et connu (dans ma famille) des enseignants très honorables, particulièrement ceux du primaire. A partir du secondaire, ça se gâte ! Je dis ça pour éviter la confusion qui ne manquera pas de me tomber dessus.
Si on ne prend pas les devants sur ce gouvernement criminel qui impose une politique et des rites ubuesques, nous aurons à subir les effets d’une dictature monstrueuse.
Quand je pense qu'aucune des deux Chambres ne trouve les 58 députés et les 35 sénateurs pour engager la procédure de destitution contre Macron, nous sommes en droit de douter de ce qu'on appelle l'opposition démocratique !
J’ose espérer que dans vingt ans nos enfants raconteront une autre histoire !

(1) « La légende noire du Moyen Age » - Claire Colombi – éditions Kontre Kulture 

Sous l’Casque d’Erby




dimanche 14 février 2021

Saint Valentin

Erby
Dimanche 14 février. Saint Valentin. Fête des amoureux.
C’est écrit sur le calendrier. Nouveauté en 2021 : en bas, tout en bas, précédé d’un astérisque, il est écrit, en tout petit, à l’intention des amoureux, et de tout le monde : pas de restaurant, pas de cinéma, pas de théâtre, pas de concert. Et pas de baisers dans l’espace public. Port obligatoire du masque et distance physique, sous peine d’amende.
Telles sont les consignes d’un gouvernement criminel à qui nous avons remis en toute innocence les clés du royaume. Les policiers sont là pour faire respecter les consignes, matraque au clair ! Et carnets de contredanse  au vent !
Mais une chose que ces psychopathes ne pourront pas emprisonner, ni masquer, ni confiner, ni lui imposer le couvre-feu, ni faire vacciner, c’est la pensée. Elle sera toujours plus puissante que le pouvoir de nuisance de ces vermines. 
Et, sur la vidéo du jour, tout en haut de la colonne de droite, Les amoureux des bancs publics du toujours vivant Georges Brassens.









Sous l'Casque d'Erby



vendredi 12 février 2021

Noirs et arabes en danger ? Vraiment ?


De la neige, un peu de vent, un changement de fournisseur internet et c’était, l’espace de quelques jours, la vie comme avant.
J’ai repris un livre : « Colline » de Jean Giono. Giono est parmi les auteurs pour qui j’ai un peu plus que de l’admiration. Avec « Regain » et « Un de Baumugnes »« Colline » est le premier de la trilogie consacrée au dieu Pan dans sa transposition provençale.
Quand il a publié ce premier volume, monsieur Giono avait 32 ans ! Une histoire austère, mais humaine, terriblement humaine. Et une écriture au contenu si puissant que ça fourgue le complexe à qui chatouille le clavier avec des prétentions ! J’y reviendrai plus longuement une autre fois..
Dans l’actualité, rien de spécial. Le virus si létal et si ruineux pour l’économie nationale, ne fait pas sonner le glas à la cadence dont les chaînes déchaînent leur propagande. Dans les cimetières et usines de crémation, c’est l’ennui. Je n’ose pas parler de « chômage technique », mais ça ne se bouscule pas au portillon.
Autre chose qui m’a interpellé pendant ma courte absence, c’est les propos d’Assa Traoré : « Les noirs et les arabes ne sont pas en sécurité en France ». Chouette ! On va pouvoir sortir en toute « sécurité » dans les quartiers « chauds » des grandes villes sans se faire binguer le portrait. Je plaisante !
Je ne sais pas qui tend le micro au clan Traoré, ni à qui cela profite, mais la question doit être posée. Son commerce, un qui marche à plein régime par ce  temps de faillites, sent l'escroquerie à des kilomètres à la ronde. Je sais des intellectuels et des scientifiques honnêtes qui ne bénéficient point d’un tel privilège, alors qu’ils ont des choses intelligentes à exprimer.
Jusque dans les salles de classe de l’éducation nationale on trouve trace de la tignasse d'Assa pour expliquer aux enfants l’hostilité qu’elle éprouve a l'égard de la France. J’en ai ma claque de cette clique !
Je m’explique, et tant pis si ça pique !
Rosa Parks, Malcolm X, Martin Luther King, Nelson Mandela, des citoyens respectables, que je cite en exemple et qui occupent une place de choix dans mon panthéon. Des hommes et des femmes d’honneur qui ont sacrifié leur vie pour le bien de l'humanité. Eux et tant d'autres victimes anonymes !
Cependant, ma conscience m’empêche d’ajouter à cette liste le clan Traoré, pour qui des personnes dévoyées battent le pavé en scandant tout et n'importe, crachant sur le pays une écume visqueuse.
Qu'il soit noir, blanc, jaune, cuivré, un homme honnête est toujours un homme respectable. À l'inverse, je ne puis le défendre s'il se livre au trafic, au vol, à la prostitution, au viol et à la violence…
La vie n’est pas un film de gangsters et les acteurs des candidats au prix d’interprétation !
Suis-je, obligatoirement, un criminel parce que je ne me prosterne pas devant des personnages malsains ? Suis-je bon à me faire brûler parce que je suis blanc de peau et donc coupable de j'ignore quel crime ? Et si nous retrouvions un peu de cette raison perdue et nous mettions à réfléchir comme des personnes responsables ?
Les mêmes devoirs pour tous et tout ira bien !


Sous l’Casque d’Erby 




mardi 9 février 2021

Un vaccin et la ferme !

Une image qui a fait le tour des luminescentes lucarnes est celle d’un Olivier Véran se faisant héroïquement vacciner. La lumière lui va si bien !
Épaule dégagée, le tissus de sa virginale chemise cachant un téton qu’on ne saurait voir, dissimulant mal l’obscénité de la mise en scène, fait gerber pour ce qu'elle dégage de criminel.
Aucune info cependant sur le type de produit qu’on fait semblant de lui administrer. « Faites comme moi, mais en vrai ! »,  suggère l'image.
S’agit-il du « remède » russe Spoutnik V ? C’est tout le mal qu’on souhaite aux futurs volontaires. Car le vaccin de chez Pfizer & Fossoyeurs que tous les gouvernements veulent imposer aux peuples sent déjà l’hécatombe au pays du Mont des Oliviers.
En Israël on parle même de « nouvel holocauste » – mot courant et très usité en toute occasion – tant les victimes tombent comme des mouches ! Et contrairement à l’ordinaire, nous n’avons pas affaire ici à des propos tenus par des nostalgiques, puisque le prolongement du confinement, selon le Premier ministre Benyamin Netanyahou, servira à vacciner « un autre million d'Israéliens » !
On parle de beaucoup de gens en train de clamcer après injection du Pfizer Covid-19 !
Selon Vera Sharavt, survivante de l’holocauste de la Seconde Guerre Mondiale, « le gouvernement va utiliser des sujets humains pour une expérience massive » ! 
Voici ce que cette dame consigne dans son rapport : 
« Le 18 novembre 2020, les hauts responsables de la santé israéliens ont été pris au dépourvu lorsque Pfizer a annoncé que son vaccin était « efficace à 90 % (révisé à 95%) contre Covid-19 »
Je fais vite, le témoignage à charge est lourd, très lourd, le lien est au-dessus. L’essentiel est de se demander pourquoi Israël a « confié la santé du peuple à Pfizer », alors qu’auparavant le gouvernement avait commandé des millions de doses de vaccin à Moderna et Astrazeneca et aucune à Pfizer-Biontech ?!
Serait-ce parce que on a « confié la santé du peuple à Pfizer, concluant un contrat secret qui engageait la population israélienne à devenir des sujets de recherche » ?…
Ou, comme le précise encore Vera Sharavt, parce que « Israël est considéré comme l’endroit idéal pour une vaste étude épidémiologique, englobant 9,3 millions de personnes. » Et aussi, et cela n’est plus une théorie du complot : « en raison de son système de santé universel financé par l’État dans lequel les assureurs conservent pendant 40 ans des dossiers médicaux numérisés, y compris les dossiers de vaccination de chaque citoyen. »
N’oublions jamais que chez eux c’est chez nous, la terre est si petite, n’est-ce pas monsieur Véran !


Sous l’Casque d’Erby



samedi 6 février 2021

Pour ou contre le vaccin ?

Erby
D’un côté les salauds, de l’autre les cons et,
dans ce feu croisé, ceux qui ne sont ni cons ni salauds ! 

Je vais avoir soixante-dix ans et j’espère profiter encore un brin de cette planète qui m’a marié pour le meilleur et pour le pire.
Pour l’heure, au train où vont les choses, j’assiste au pire et rien ne me dit que le meilleur c’est pour demain.
Je ne pensais pas que notre belle Hexagonie allait emprunter un tel virage et heurter pour de vrai les barrières de sécurité comme dans une cascade cinématographique.
Dans ma vie, j’ai été vacciné deux fois. La première à mon arrivée en France en 1967. C’était obligatoire pour tout arrivant venant d’un pays étranger, je suis d’origine espagnole. Ouais, je suis espangouin et fier de l’être. Tout comme je suis fier de montrer ma carte d’identité française. Et je ne supporte pas de voir et d’entendre des blaireaux à deux balles manœuvrés par la bande à Soros occuper le pavé pour cracher une haine visqueuse à la gueule du pays ! Réac ? Je vous emmerde !
La seconde fois que j’ai été vacciné remonte aux années 70. Je travaillais pas loin de la fac de Vincennes. C’était l’époque où des cinglés se mettaient à quatre pattes, se roulaient par terre en poussant des cris rauques. Ils appelaient ça  « la recherche du cri primal » ! Je ne sais pas dans quel état ils ont fini leur vie mais ça devait pas être beau à voir.
Je trouvais que dans ma partie, ouvrier du bâtiment, on se roulait aussi par terre, mais pas par vocation ! Je me suis donc planté un méchant clou, tout ce qu’il y a de plus rouillé, dans le pied, et ça a été le vaccin contre le tétanos.
Et basta pour les vaccins, en ce qui me concerne ! Et je me porte nickel. Je ne baise pas les mouches en plein vol, mais c’est pas l’envie qui me manque !
Alors quand on me pose la question « pour ou contre le vaccin », ma réponse est toute trouvée : « Si vous avez envie de le faire, faites-le, mais, auparavant, prenez soin de rédiger votre testament. » 
La question qui prime est : Pourquoi imposer un vaccin à des millions, voire des milliards d’individus, sans autre certitude que celle de générer des milliards de dollars dans les caisses de la minorité dominante ?
En second lieu – et ce n’est pas le moins – que contiennent ces fioles dont les effets secondaires constatés chez les vaccinés ne rassurent personne ? Les témoignages du personnel soignant sur ce point étant on ne peut plus alarmants, malgré l’omerta imposée par les autorités sanitaires !
Tout aussi suspect est l’empressement des gouvernements à vouloir piquouser massivement sans aucune preuve scientifique éprouvée.
Dans ce contexte opaque, si quelqu’un avance l’idée d’un « acte criminel prémédité » peut-on l’accuser et le condamner pour fake news ?
Le gouvernement s’est montré si inintelligible (à dessein ?) sur la pandémie, si empressé à confiner, à masquer et à punir le contrevenant, alors que le nombre de décès, comparé à ceux des années précédentes sans la pandémie, n’offrait pas matière à un tel déploiement de lois restrictives, que l’homme de la rue a fini par avoir la puce à l’oreille !
La seule « preuve » est médiatique ! C’est dire ! Une nuée de pseudo-scientifiques, accompagnés par des propagandistes avec carte de journaliste, n’ayant jamais, ou très peu, pratiqué la médecine, essayant de nous convaincre du bienfait d’un vaccin dont on ne sait qu’une chose : il tue ou te rend flagada pour le restant des jours. En tout état de cause inefficace contre un virus qui ne cesse de muter ! 
Une seule certitude : ces spécialistes sont en plein « conflit d’intérêts », ça oui ! Non seulement, ils émargent par les chaînes télés qui les font tourner sur les plateaux, mais, en plus, ils palpent des sommes très rondelettes de la part du vrai gouvernement mondial : Big Pharma !
Une seule chose devient évidente : si les gouvernements ne veulent pas entendre la parole pacifique, il va falloir aller au feu !

Sous l’Casque d’Erby





jeudi 4 février 2021

Macron n'est pas l'élu des français

Source
Emmanuel Jean-Michel Frédéric Macron est né un 21 décembre dans la Somme. Du signe du Sagittaire, on le dit lié à l'élément du Feu. Pour résumer, un pyromane !
On dit qu’il est le président de tous les français, je lui refuse ce droit !
Fils de papa-maman exerçant tous deux dans le milieu médical, fils Macron galope chez les jésuites d’Amiens de la sixième à la première avec l’énergie d’un pur-sang. Autre chose que la racaille du 9 - 3, de la graine de chômeur et de dealers sous influence colombienne !
D’Amiens à Paris, un billet de train suffit aux parents pour le faire atterrir au lycée Henri-IV, où il obtient le bac S avec mention très bien.
Après, c’est hypokhâgne et khâgne, toujours à Henri-IV. Mais, petit coup de fatigue, il échoue au concours d’entrée à l’École normale supérieure. Pas grave, le gars finit par obtenir une maîtrise, DEA de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre. Diplômé à 24 ans de l'Institut d'études politiques de Paris (2001), il étudie à l'ENA, à Strasbourg, de 2002 à 2004 dans la promotion Léopold Sédar Senghor, pour laquelle le classement final est annulé par le Conseil d'État ( ?!).
Cela ne l’empêche pas d’être affecté à l'Inspection des finances. Titillé par on ne sait quel démon, il démissionne de l'inspection des finances. Dès lors, Emmanuel Jean-Michel Frédéric Macron, devient banquier d'affaires chez Rothschild & Cie sur recommandation de Jacques Attali. Une référence, ce Attali ! On le retrouve collé à l’oreille de tous les présidents français depuis Mitterrand. Ça commence à faire lourd, ne trouvez-vous pas ?
Sans être encore partisan des thèses bakouniniennes ou guévaristes, Emmanuel Macron est ce dissident rothschildien ayant gagné le maquis pour mener une guerre totale contre la pornographie capitaliste. Il rejoint le Lider Maximo des tupamaros français, Francisco Holanda, surnommé Le Fossoyeur par l’aile radicale de Izquierda Revolucionaria pour avoir enterré les derniers espoirs du socialisme à la française.
Preuve en est, les lois sur le travail du dimanche, le travail de nuit, lors de l'exercice de son ministère sous les ordres du Fossoyeur, ne sont-elles pas des modèles du genre, le début d’un collectivisme révolutionnaire à faire pâlir Lénine en personne ?
Avec son mouvement politique En marche, ce guérillero New-Age, avec treillis trois pièces, cousu par des couturiers sous acide, il ne laisse aucune chance à son ennemi mortel, le peuple français, perverti par les « avantages acquis » ! 
Dès sa prise de fonction à la tête du pays, sa mission est on ne peut plus claire : éradiquer un maximum de commerces et son lot de petits bourgeois, cette classe moyenne faisant le lien entre le haut et le bas est de trop ; supprimer le bon pacson de viocs, ne servant qu’à parasiter l’économie empêchant les actionnaires de profiter pleinement de leurs gains ; traumatiser la jeunesse, l’empêchant de vivre une vie normale, la poussant au suicide par manque d’avenir ; polluer la scène politique en autorisant le communautarisme à gagner la rue et à cracher sur le pays une bile haineuse ; démonter l’économie, en générant du chômage et développant l’esclavage de masse ; faire piquer les français avec des vaccins qui empoisonnent plus qu’ils ne protègent, mais qui enrichissent multinationales et laboratoires ; réduire le français à l'état végétatif, le faisant bastonner par des policiers agressifs quand il ne faisait que réclamer plus d'humanité ; favoriser l'immigration massive, grâce à la galaxie Soros, militant du grand remplacement cher aux globalistes, pour qui le monde est un grand parc d’attraction, les humains des animaux domestiques, dont Emmanuel Macron est le bras armé.
Macron est l’Élu de l’élite, mais pas le choix des français !

Sous l’Casque d’Erby




mardi 2 février 2021

La toxique affaire Navalny

Source image
Le totalitarisme aura t-il raison des principes fondamentaux de la démocratie ? Laissons la démocratie là où elle est. A force de l’invoquer on finit par la corrompre.
Prenez la Russie et la triste et ordurière affaire Navalny qui secoue les petits calfouettes d’adolescents post-pubères de la sphère LGBT et autres antifas biberonnés avec le lait de l’indécence et des manipulations grossières, s'agitant comme des mouches à merde autour de ce qu'ils pensent être un festin. 
C’est avec ça que les chancelleries occidentales cherchent à nuire le très gênant Vladimir Poutine. Gênant dans le sens où il empêche les faiseurs de coups d’État et autres fomenteurs de saloperies dans le monde de tourner en rond. 
Car qu’on se le dise, les « comploteurs » ne sont pas les citoyens intègres qu’on désigne comme tels dans des médias corrompus pour tenter de les mettre hors-jeu. Si tant est qu'il s'agit d'un jeu ! Heureusement, cela prend de moins en moins.
Les vrais comploteurs sont la vermine de l’État profond, soutenue par les auxiliaires de la propagande écrite ou orale, pour qui rien ne sera parfait tant que le monde ne sera mis au pas et le « surplus » d’humains éradiqué ! C’est un projet qui leur tient à cœur, n’est-ce pas monsieur Bill Gates ? Lui qui rêve de vacciner jusqu’aux martiens, mais pas sa famille !
Mais qui est Alexeï Navalny, la starlette montante de l'opposition en Russie, pour qui les médias de propagande de par ici bandent tant ? Un opprimé qu’il faut arracher aux serres d’un vautour à n’importe quel prix ?
En réalité, un escroc, doublé d'un pauvre bougre, comme il en existe tant en ce monde misérable, chez qui la CIA et l’Europe ont trouvé le moyen, croient-ils, d’affaiblir la Russie, inventant une histoire à laquelle seuls les faibles d’esprits donnent du crédit en battant le pavé pour, pensent-ils, défendre l’universalité des droits de l’homme et dont les meneurs sont à coup sûr payés par d'anonymes commanditaires..
Personne n’ignore chez les politiques que le gars est un drôle d'oiseau qui s’est lancé dans la politique comme on ouvre une cabane à frites dans un lieu touristique.
Condamné à trois ans de prison pour détournement de fonds – rien de très honorable là-dedans – en compagnie de son frangin, il a eu la riche idée de se présenter aux élections municipales pour échapper au gnouf.
Magnanime, le pouvoir lui offre la conditionnelle pour qu’il mène campagne. Puis vient la très bizarroïde affaire de son empoisonnement et son départ pour se faire soigner en Allemagne, après l’avoir été dans un hôpital d’Omsk, suite à la « demande faite par son épouse auprès de Vladimir Poutine ». Drôle d’autocrate que celui qui autorise l’un de ses opposants à aller se faire soigner hors du pays ! Passons !
C’est ça le projet de l’Occident avec Navalny ? Faire de la Russie ce qu’ils ont si « bien » réussi en Ukraine, quitte pour cela à faire appel à des néonazis ?
Comme l’écrivait George Friedman, politologue, fondateur et dirigeant de l’agence de renseignement « Stratfor global Intellingence », aussi influente que proche du pouvoir : « … dès que la Russie commencerait à accroître sa puissance et à montrer cet accroissement une crise éclaterait en Ukraine »
Ce qui a été fait avec le résultat que l’on sait. Si nous occidentaux ne marchons pas main dans la main avec nos amis russes, la France et l’Europe sont foutues !

Sous l’Casque d’Erby





samedi 30 janvier 2021

Triez, c’est gagné !

Erby
Pour finir, ce virus est la réincarnation la plus luciférienne des forces du Mal. Il pousse le gouvernement, cornaqué par un conseil scientifique puisant ses infos dans le marc de café et les revenus chez Big Pharma, à réduire un peuple riche d’une histoire plus que millénaire à l’état de mendiant.
De Conseil de Défense en réunion restreinte ; de confinement en couvre-feu ; de contrôles policiers en appel à la délation, la France est occupée de l’intérieur. Point n’est besoin d’ennemi extérieur puisque l’ennemi niche dans ses propres palais. Il a été couvé dans son propre lit et nourri au sein de la nation. Le statut de mercenaire le débarrasse de tout scrupule. Il est payé pour « faire le job ». Et il le fait sans état d’âme.
Servir les multinationales pour créer les conditions d’une gouvernance globale est un objectif très crédible. Jusqu’à il n’y a pas longtemps, ceux qui avançaient cette idée étaient rangés d’office dans la catégorie « complotiste ». Ce n’est plus le cas désormais.
L’idée de démocratie, telle que n’importe quel homme éclairé la conçoit et que les livres l'enseignent, est son ennemi mortel. La démocratie est le danger premier des psychopathes qui ont pris en main la direction du pays, plus aptes à occuper une cellule à Guantánamo qu’à diriger une nation, quelle qu’elle soit.
Une arme incontournable est la corruption. Tout doit être gangrené, à commencer par le financement des politiciens (combien de mis en examen ou sur le point de l'être pour conflit d'intérêts ?), des journalistes, ainsi que les syndicalistes (c’est eux qui sont aux commandes des troupeaux), plus une bonne partie des artistes et les intellectuels, du moins ceux qui en ont l’étiquette mais pas d’âme !
Virus créé ou pas en laboratoire, on mélange l'ensemble : politiques, syndicats, show-biz, intellos et on arrose le tout à coups de millions. On ajoute la peur et la crédulité collective chez le manant, salissant au passage les parties saines de la société, celles qui dénoncent la manipulation et le coup d’état et on obtient ce que nous avons devant nous : une dictature !

Sous l’Casque d’Erby




jeudi 28 janvier 2021

Fume, c’est de la bonne !

Source image
Faites gaffe quand vous échangez avec votre voisin à l'heure de l'apéro – un gars tout ce qu’il y a de plus normal, bon père, bon mari, bon travailleur, bon citoyen – concernant l’état du monde et de notre société en particulier. Sur l’avenir proche et celui, plus lointain, mais pas tant, de nos enfants.
Évitez toute référence à des termes abscons du genre great reset ou deep state, ou à des théories abstraites empruntées au lexique « savant » de l’homme informé, si sincère soit-il et si vraie soit sa parole. Au mieux – parce qu’il vous apprécie – il dira à part soi : « le voilà barré ! » Et quand il aura à s’exprimer sur vous auprès d’un tiers, il n’hésitera pas à vous faire l’instantané : « il est perché, le pauvre ! » 
Traduisez, s’il vous plaît, traduisez great reset par « repartir de zéro, remettre l’économie à plat et les sociétés au pas : tout pour une minorité de riches, que tchi pour le reste, avec nos smalas respectives ! » 
Même si l’argument vous semble contondant, rien n’est encore clair dans son esprit ! Il y a long de l’orteil à l’occiput ! L’incrédulité l’empêche de dégager les nuages accumulés dans son espace mental. Il n’imagine pas qu’une telle saloperie puisse devenir réalité. Malgré tout, vous sentez qu’il chancelle sur ses bases et vous l’agrippez pour un nouveau tour de piste. Vous enfoncez le clou, du moins vous croyez : prétextant l’état d’urgence sanitaire, pour nous faire croire qu’une pandémie pire que la peste bubonique se balade dans les parties microscopiques de notre organisme, le gouvernement, que nous avons élu pour représenter les intérêts du pays, nous fait la peau pour le compte d’une minorité cannibale. Tout est sous contrôle, tout est fin prêt pour faire du pays un enclos dont nous sommes les bêtes à tondre ou à consommer : « de l’utilisation, la vente ou la distribution de denrées alimentaires, de carburant, de vêtements et d’autres produits, de matériaux, de biens et services, par le rationnement, le gel, l’utilisation de quotas, l’interdiction d’expédition, la fixation des prix, l’allocation ou autres moyens. »
Et si cela ne suffisait pas, ces gangsters n’hésiteront pas à t’enfoncer le clou dans la moelle épinière, c’est le projet : « prendre toute autre mesure, y compris par la saisie, l’utilisation ou la possession de tout bien réel ou personnel. Cela s’appelle le pouvoir intégral ! » 
Complètement groggy, mon voisin a eu du mal à finir son verre et a lâché un laconique :  « Tu pourris la soirée. T’es pas drôle avec ta politique ! Et en plus tu dis des conneries ! J'y crois pas à ton délire ! » A ce stade, j’ai évité d’évoquer le deep state ou état profond. Tout comme j’ai pris soin de ne pas lui annoncer que l’Empire américain est bâti sur le modèle d’une Société Anonyme, avec des capitaux du Vatican et dont le siège se trouve à la City de Londres... 
La prochaine fois. Je ne voulais pas compromettre nos relations futures. Après tout, ne sommes-nous pas, tous deux, victimes de ces prédateurs ?

Sous l’casque d’Erby



mardi 26 janvier 2021

La folie Corona, histoire d'une mort annoncée

Source image

Rien n’est jamais aussi frais que les vieilles histoires. Elles éclairent de manière brutale les « nouveautés » du présent. Autrement dit, les manips dont on bombarde les esprits sans discontinuer ont une origine et des objectifs.
Depuis un an tout est prétexte à Coronafolie, à couvre-feu et à confinement. Un repas avec entrée et dessert dont la note va peser lourd dans nos vies. En même pas un an, le nombre de morts par Covid ne justifiant pas les « mesures d’accompagnement », ce n’est plus du virus que les gens vont mourir mais de suicide pour cause de misère.
Et ne pensez pas que les gouvernements se soucient de la santé publique. Ils n’en ont rien à taper. Sinon pourquoi insistent-ils pour vacciner jusqu’à la petite puce qui niche sous les poils de Médor ? Pour vous sauver, vous et votre cabot, ou, plus vraisemblable, pour éradiquer la partie la plus vulnérable de la population  et instaurer ce Nouvel Ordre dont on rêve tant dans les laboratoires?
Nous voici donc devant un plan de « sélection naturelle » où ne se sauveront que les plus résistants. Sauver étant en la circonstance un bien grand mot, puisque ne sachant pas ce que contient ce vaccin comme saloperie, les survivants auront à gérer effets secondaires et, comme on le dénonce chez les « complotistes », un marquage GPS pour connaître latitude et longitude de votre position géographique et, pourquoi pas, mentale.
Big Brother grandeur nature. Si cela vous semble difficile à avaler, dites-vous bien que par le passé nous avons tant et tant avalé qu’on se demande jusqu’à quel point sommes-nous manipulés ou cons. Ou même les deux !
J’ai commencé à vous parler de vieilles histoires. Ces vieilles histoires qui datent de la guerre froide et qui tenaient en haleine le monde comme s’il s’était agit d’un feuilleton radiophonique. Il y en a beaucoup.
Récemment, nous avons eu celle de Colin Powell et de sa fiole pour prouver l’existence d’armes de « destruction massive » chez Saddam Hussein ! 
Voici celle de Lyman Lemnitzer, Chef d’état-major des armées (1960-62) et Commandant suprême des forces alliées de l’OTAN (1963-1969). Je cite :
« Nous pouvons faire sauter un navire américain et en rejeter la faute sur les cubains. La publication des listes des victimes dans les journaux américains accroîtrait encore l’indignation. Nous pouvons aussi détourner des avions. Dans des endroits bien choisis où l’impact serait énorme, nous pourrions poser des charges de plastic. Nous pourrions également repeindre des B26 ou C46 de nos forces ariennes aux couleurs cubaines et nous en servir pour abattre un avion de la république dominicaine. Nous pourrions faire en sorte qu’un prétendu appareil de combat cubain abatte un avion de ligne américain. Les passagers pourraient être un groupe de jeunes étudiants ou de vacanciers. » (1)
Si ce mamba noir du crime et de la manipulation de masse a imaginé ça, avec succès, qui nous dit que ce criminel n’a pas fait des émules dans les chancelleries du monde avec le Covid et son vaccin ?
Grain de sable dans le rouage, les peuples ont l’air de se réveiller. Aux Pays-Bas, en Italie, en Espagne et… Bientôt la France ?... La parole est à la rue, puisqu'il ne peut en être autrement !

(1) Michel Collon - « USA – Les 100 pires citations » - Investig’Action


Sous l’Casque d’Erby



samedi 23 janvier 2021

Infiniment confinés

Erby
Troisième confinement en ligne de mire, vaccination massive, comme le préconise le gouvernement et le philosophe-collabo Michel Onfray sur toutes les plateformes qui lui tendent une bonnette complaisante. A se demander si le philosophe n’est pas devenu en lousdoc l’auxiliaire des laboratoires, tant son entrain à vouloir percer la peau des citoyens est grand. Avec ça, nous aurons droit au passeport vers le futur, gerbes de deuil comprises ! Adieu vieux, sans rancune ! De loin, la partie la plus vulnérable et « improductive » des sociétés civilisées.
Ce confinement imminent est prévu jusqu’à début juin, selon des sources convergentes. Pour s’en convaincre, regardons les dates d’ouverture et de fermeture annoncées par les grands complexes, comme Disneyland et autres enseignes du genre. Tous sont mieux informés que nous, alors que nous passons tant d’heures devant les télés en quête d’infos, au lieu de quoi nous avons droit à du bourrage intensif !
Cette troisième cuvée est assez bien vue de la part du gouvernement. Garder la populace au chaud pendant le printemps. « 66 millions de procureurs » en liberté en cette saison c’est dangereux. A proscrire ! C’est la période de l’année où tout bourgeonne, y compris les insurrections. A éviter absolument !
Des nouveaux foyers pandémiques - qu'on lâchera dans la nature le moment opportun ? - sont déjà dans les tuyaux afin de contenir un excès d’émotion de la part des procureurs !
Début juin, magnanime, parce que le virus s’éloigne et que la campagne de vaccination progresse à pas de géant, le gouvernement autorisera le bétail à détendre un sabot engourdi, à la campagne ou sur le bord de mer. Pas longtemps, mais assez pour se donner un peu d'air.
La suite du projet consistant en une campagne électorale de longue haleine, préparant 2022 avec le soin nécessaire. Le gouvernement reprendra à son compte l’inaltérable « Tout l’amour que j’ai pour toi », du très électrique Dario Moreno pour ensorceler les masses, suivi du non moins célèbre et envoûtant « Ramona, j’ai fait un rêve merveilleux »  qui finira par faire pleurer  à torrent dans les chaumières.
Electrisé par l’enthousiasme de ces messages subliminaux, oubliant même de se nourrir, l’électeur moyen – autrement dit, une poignée d’égarés – votera pour la continuité de la politique de Macron le consacrant président à vie.
Évidemment, Jean-Luc Mélenchon protestera avec toute la vigueur de son âme, mais continuera de « servir la république », plus bananière que jamais !
Le vote se fera par internet, because danger virus ! Tout comme cela a été le cas aux États-Unis, avec la fraude du vote électronique, dont nous n’avons pas fini d’en entendre parler.


Sous l’Casque d’Erby



jeudi 21 janvier 2021

Debout les damnés !

Source image
Le clivage gauche-droite fonctionne encore et toujours. Exit l'affreux Donald Trump !
Ainsi, pour une grande partie de l’opinion sans trop d'opinion, Joe Biden est un homme de gauche, son futur gouvernement ne faisant aucun doute. De la même façon qu'en son temps certains ont pensé qu'Obama était la réincarnation d'un Black Panther ! On ne rit pas, c’est très sérieux. Et si d’aventure vous avancez l’idée selon laquelle Joe Biden est un pédocriminel de la droite dure dont on ne compte plus les proies accrochées à son tableau de chasse, c’est juste si vous échappez à l’exécution sommaire ! Attendons-nous avec lui à des reprises brutales de conflits avec des pays qui n'ont ni l'envie ni les moyens de faire la guerre...
Mais ce n’est pas de cela que je voulais vous parler, pas plus que de la luciférienne Lady Gaga, chantant l’hymne américain devant les caméras et 190 000 drapeaux de l’Empire pour célébrer l’investiture d’un fantôme.
Pendant ce temps immobile, en notre Hexagonie agonisante, le clivage fait dans l’illusion. Pensez bien ! Depuis la maternelle on vous instille l’idée que gauche et droite sont des ennemis mortels ! Drapeau rouge ou rose pour les uns. Étendard tricolore pour les autres... Or un regard objectif sur l’histoire de ces cinquante dernières années efface d’un trait les différences idéologiques que les deux complices entretiennent sur les ruines du pays.
Le reste, puisque reste il y a, relève de la manipulation grossière avec laquelle les deux camps détournent le peuple de ses vrais intérêts. De sa vraie vie ! Le militant de base et le citoyen basique se livrant, à grands coups de mégaphones, une fausse guerre dont le perdant est connu d’avance !
N’ai-je pas lu dans un bulletin d’extrême-gauche à visée électorale (pas de pub gratuite ici) un appel à la « gratuité du vaccin » ! Si bien l’auteur attaque les labos pour dénoncer que les recherches sont « faites avec l’argent public » et les « bénéfices sont privés », à aucun moment on ne met l’accent sur les saloperies contenues dans le vaccin, ni sur les mesures de confinement « sanitaire » qui détruisent l’économie et l’individu dans son identité psychique. Pas plus qu’on ne dénonce le fichage de masse que le gouvernement rêve de mettre en place. Tout pareil que pour la pandémie, dont l'extrême exagération met en évidence les objectifs cachés des gouvernements.
Une chose emboîtant le pas à une suivante, le refus d’obtempérer conduira le réfractaire à un camp de rétention avec la perte de ses droits civiques. Comment doit-on nommer cela en langage courant ? De la « démocratie totalitaire » ?
Que reste-t-il alors dans l’escarcelle du peuple pour nourrir l’avenir, rétablir les libertés confinées et mettre un terme à la conspiration mondiale contre la santé ?
Je ne le sais pas, mais un premier pas est dans la désobéissance civile. Un second, à l’instar des Gilets Jaunes, ne pas faire confiance à la classe parlementaire, car la fonction créant l’organe son état de déchéance morale va de pair avec la perversion qui la corrode. N’est-elle pas l’otage d’une petite élite financière aux visées messianiques et impérialistes, rêvant d’un nivellement global par la mort et le chaos ?

Sous l’Casque d’Erby