samedi 28 juin 2014

L’artche des sens



Chers artistes et amis des arts,

Je suis  peintre, sculpteur, vidéaste, chanteuse, et autres médiums…
Comme beaucoup d’entre vous, je subis depuis plusieurs années une vie de précarité qui se voudrait déstructurante si on se laissait aller. Si je n’avais pas étudié de très près les raisons de cette violence que l’on inflige à l’art, si savamment et en crescendo depuis les années 80, j’aurais, comme beaucoup, abandonné la lutte. Cela fait quarante ans que j’exploite mes capacités créatives . Je ne suis plus en âge de douter de mon travail. J’ai pu rencontrer des artistes, critiques d’art, essayistes, galeristes, dissidents des institutions culturelles actuelles et les spectateurs abasourdis par ce qu’on leur impose.
On peut sans peine faire le constat, au regard des salles d’expositions convenables qu’il nous reste pour montrer notre travail, que tout ceci s’apparente à une mise à l’écart. Notre pays naguère accueillait les dissidents artistiques de tous les pays, Allemagne, Italie, URSS, etc.,  pays qui n’acceptaient plus pour des raisons politiques, toutes les créations artistiques…Ce qui est un marqueur incontestable de mal-être pour les sociétés.
Les qualités d’imagination, de création, de délire aussi,  dans un dialogue sensible sont indispensables  à l’épanouissement  des individus. Car s’il ne demeure qu’un seul style qui n’évolue plus depuis trente ans, ce dernier est marchand , très lucratif pour certains, puisque qu’il sert même de support pour jouer en bourse mais, par contre, sclérosant pour l’avenir, l’esprit, l’espoir, la jeunesse, l’imaginaire -valeurs qui nous tiennent à cœur.- Ces valeurs doivent continuer à être mises en avant, défendues, répandues et, pour cela, nous devons nous fédérer pour obtenir les moyens  nécessaires à cette juste cause, moyens -dont les subventions, les lieux d’expo, l’accès aux médias sont nécessaires.
Nous pourrions attendre longtemps avant que les bonnes nouvelles ne nous tombent toutes peintes du ciel…
La question est :
- Avons-nous mérité de subir cet apartheid artistique et allons-nous continuer à accepter de le subir ?
- Avons-nous décidé définitivement de ne plus être acteurs de la vie artistique en France ?
Comme beaucoup, j’ai fait le tour des possibilités d’expositions, de diffusions que j’ai pu trouver. Les hôpitaux en font partie. La peinture, la sculpture, la musique, le cinéma français seraient-ils malades?... 
Oui, si nous laissons le dictât régner  et que nous restons seuls chacun dans notre coin à espérer devenir les élus des agents institutionnalisés qui choisissent qui a le droit de montrer son travail, de vivre ou pas. Les moyens financiers extraits aux citoyens sont colossaux même si la « crise » tente de les réduire. Les Côtes d’Armor comme tous les territoires sont très touchées.
Nous sommes les acteurs de la « culture française ». Nous devons redorer le blason de son exception culturelle perdue. Les galeries sont rachetées par des marchands étrangers. Les institutions culturelles françaises exposent et achètent principalement à l étranger, un seul genre artistique. Cette folie est uniquement française actuellement et n’existe pas ailleurs où le foisonnement artistique est légal.  Il n’est plus permis dans nos écoles et dans nos universités ni même aux beaux-arts d’apprendre les techniques fondamentales des médiums qui firent vibrer nos sens jusqu’à aujourd’hui encore.
Les artistes aujourd’hui ont pour mission de ramener l’équilibre car l’art est à l’image de nos sociétés. Force est de constater que les leurres sont de mise. En tant que spécialistes artistiques,  nous sommes les véritables acteurs de notre futur.
Il ne nous reste qu’une seule et unique porte d’espoir, celle de nous unir pour faire poids fédérer les intérêts communs, ouvrir les horizons qui nous sont chers aux autres, aider à générer d’autres courants de pensée, et ceci dans le but, non pas initial, mais impératif d’obtenir des moyens nécessaires pour faire connaître nos créations au public.
Je vous écris aujourd’hui car j’ai la volonté de me battre pour sauver la peinture, la sculpture, la musique, le théâtre, le cinéma…. l’art, véritable houille blanche de l’esprit. Je vous propose une arche de nuée de sens, « L'arche de sens" en créant une association la plus ouverte , la plus large et de tous les horizons possibles. Pour être efficace nous aurons besoin de la force et de l’imaginaire de tous. Je pense aux autres départements, pays et aux spectateurs qui sont eux-même pleinement acteurs de l’évolution et l’épanouissement artistique dans la mesure où il se crée naturellement un échange en dialogue, indispensable à l’épanouissement de tous. 








Sous l'casque d'Erby

27 commentaires:

  1. Beau projet, Martine. Reste à le concrétiser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Babel , tu es le bienvenu et ton fils aussi !

      Supprimer
  2. Bravo du message, à 98% et du lancement de l'ARTCHE des SENS à 200% !
    Ne serait-ce, dès le départ, pour la trouvaille du mot-valise Artche (parallèle à la trouvaille "Brouill'Art" et à ta signature M'art'IN).
    Et pour l'idée d'association de n.artistes-en-colère, indignés (pour le moins) : et comment ne pas l'être puisque Art et Liberté créatrice sont un couple fécond, alors que Big-business et (pseudo-)art servile n'est que bourrage de crânes (parmi d'autres) pour le culte de DIEU-FRIC...
    Il doit y avoir 35 ans (ou plus?) que je te connais, t'apprécie et t'admire - à quelques broutilles de d'avis divergents près. Je n'oublies pas non plus tes encouragements du temps où j'étais photographe d'art (à défaut de poésie, inspiration première). Tu as été jusqu'à m'inviter à une expo commune de nos œuvres, l'un des plus beaux souvenirs de mon aventure de plasticien, prolongée aujourd'hui (et en partie grâce à toi) par mon site PHOÉSIE 3...
    Vamos a la playa de l'aventure Artchement réjouissante et belle... lançons la construction du vaisseau de sauvetage de l'Art avant le Déluge que nous concocte cette saloperie de Dieu-Fric !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mon doux Rémichhh , rejoint nous sur l’arche des grands artistes! ...

      Supprimer
  3. Bonjour les caillasseux. Ben, c'est parti pour un tour. Nouvelle aventure pour toujours le même espoir et les mêmes certitudes : ne jamais baisser les bras.
    Hauts les cœurs !

    RépondreSupprimer
  4. j'espère que tu connais (via nos liens) notre pote Nanard sinon c'est ici http://hazoo.canalblog.com/ ou sa galerie virtuelle ici http://www.hazoo-art.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’adore ! Je le contact tout à l’heure !!! Merci

      Supprimer
  5. Il me semble qu'être artiste, c'est résister, résister au processus de déshumanisation du dieu fric, du capitalisme à outrance, du matérialisme de pacotille, résister aussi à la pensée unique, à l'uniformisation, au monolithique. C'est célébrer la beauté dans sa riche diversité, l'art est humain !... Voilà une belle idée, une initiative que je soutiendrai assurément ! Merci et très bon week à tous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes par essence et constitution tous des artistes, Ceux qui ne l’exprime pas en ont été empêché d’une manière ou d’une autre !
      Voilà pourquoi cette assos ne se limite pas aux « artistes » mais à tous ceux qui veulent remettre l’expression, son échange à sa place afin que circulent les vibrations essentiel à notre existence à tous pour redonner du souffle à notre équilibre et à l’harmonie.
      Bon week-end aussi grande dame

      Supprimer
    2. L'ESSENTIEL !!, oui Martine, tu le dis dans ces quelques mots : (...) "vibrations : essentiel à notre existence à tous" (...). Je me suis permis de glisser un ":" (deux points) dans la citation...
      Plus haut, en me répondant, tu me flattes par ton "doux Rémichh", bon merci, mais pas d'accord, après de me qualifier (indirectement) de "GRAND" artiste... : je préfère être dans le "tous artistes" de ta très belle première phrase ci-dessus : "Nous sommes par essence et constitution tous des artistes" (...)

      Supprimer
  6. http://lesmoutonsenrages.fr/2014/06/27/petite-lecon-de-vie/

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Profondément désolé je suis à l'égard de Madame Aude Kerros. J'ignore le motif, mais le fait est que j'ai malencontreusement supprimé son commentaire encourageant du matin, en programmant son article prévu demain. Si elle me lit, qu'elle me pardonne !
      Je suis quittepour plusieurs tournées générales !!!

      Supprimer
  8. Le rôle aujourd'hui dévolu à l'art est de faire croire qu'il est encore possible qu'il y ait de l'art.
    La seule belle perspective étant de consommer, l'art fait vendre. Sa seule prétention à l'existence est déjà une accréditation de ce monde. C'est pourquoi, il a si bien trouvé sa "fonction" : instrument de la publicité, c'est-à-dire de la propagande des Kommandantür, il a encore de très beaux marchés devant lui.

    Quant à ceux qui se refusent à l'alternative entre publicitaire et spectateur, quelles perspectives leur reste-t-il, tournant dans la nuit, dévorés par le feu ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Le rôle aujourd'hui dévolu à l'art est de faire croire qu'il est encore possible qu'il y ait de l'art. « 
      Exactement, raison pour laquelle au nom de la « Culture » le citoyen se laisse pomper l’argent pour avoir accès à n’importe quoi ! et extrêmement nocif pour lui...

      Supprimer
    2. Même de très géniaux artistes artistes modernes (Picasso, Dali...) ont mordus à l'hameçon fric (souvent en restant généreux), mais la plupart ont tiré le diable par la queue, tels les géniaux Van gogh, Gauguin, entre tant d'autres. Mais "" l'art officiel "" (académique, bourgeois, en écoles, pompier, etc.) a toujours prétendu régenter (par le fric) la liberté créatrice libre (art brut, art-street, n. inclassables). Non seulement en en arts graphiques, mais chorégraphiques, poésie et littérature, musique, etc. !

      La nouveauté est maintenant que c'est pire que jamais, avec ce "ministère" de la culture et ses prostitutions avec le big-business : FRAC, Musées, galeries et festivals (le OF d'Avignon est le moins pire) ... Le pire est la bien débile "maison de le poésie" (j'y ai traîné savate quelques semaines!)... : D'où l'actuelle révolte sociale des INTERMITTANTS, et son audience légitime...

      Bref M art IN s'inscrit courageusement, passant de sa lutte individuelle d'artiste sûre de son talent (OK!) à une lutte collective de révolté(e)s-artistes... dan la métaphorique "ARTCHE des SENS", dont le sens premier est la liberté créatrice - antinomie absolue du lucre du marché de l'art, tenu là comme ailleurs par les GANSTERS de la mafia capitaliste aveugle, suicidaire!

      Ah ben v'là que je me fâche au lieu de manger, fatigué d'avoir rencontré 2 heures de joyeuses gratuités d'entre amis, au bistrot du marché... du (petit) commerce ! Vive le bistrot de la Bretonne, tenue par une autre Martine, artiste-à-sa-façon...

      Supprimer
  9. C'est une bonne idée, que j'approuve tout à fait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Escuse moi Fifi mon correcteur a forcée f en n

      Supprimer
    2. Fifi comme chacun de nous n'en a pas Fini avec cet engin à ne pas "parler-vrai" (entre autres libertés...).
      Le correcteur de nos engins sont made-in-politiquement-correct... il mérite bien son nom, lui au moins, ce maître-à-penser !!
      Il a certes son utilité basique, mais il en abuse...
      Fatche-de-con que je l'appelle (c'est lui qui souligne en rouge : il aime pas à en rougir de honte!)

      Il y aurait toute une étude à faire sur notre novlang imposée : c'est moi, en Anartiste, (je confime: ANARTISTE!), qui m'y colle?) sur le parler-vrai... mais il est vrai que je serai vite taxé des "pires-infâmants " épithètes partout au monde bien-pensant: "Cômmuniste" aux USA, "Extrémisteu" en Russie, "Infidèèle" à la mosquée, "Athé" à l'église, "Zadiste-Dangereux-Terroriste-Incontrôlé-Tarnacien" dans la tête à Sarko-Valls-Le-Pen-and-so-on, etc : je ne suis amusé à faire rougir mon correcteur sur tous ces mots infâââmes, mais je crois que je serai bien accueilli dans ton artche de joie, ô M art IN!

      Supprimer
    3. Bonjour à Fifi. Tout de même ! Si le dico se met à écorner à tout va, tout ce qui n'entre pas dans les rails, mais, seigneur, où va-t-on !
      Vrai que ces dicos virtuels sont une des dix plaies d'Egypte, ce qui, entre nous, est aussi mauvais que les grenouilles tombées du ciel sous l'ordre de dieu (en minuscule dieu) himself !

      Supprimer
    4. Les mots tache-nique qui nous abat sourd i
      Les motards d’if qui nous es ce quart billes
      et nous zuzzzzzent les or ailles!

      Tous avec moi les noués de l’art ....Che!

      Supprimer
  10. :) Moi, je ne m'en sers pas ! Toujours ravie de vous lire, en tous cas . Bisous à Rem aussi , dont la verve me plaît beaucoup .

    RépondreSupprimer
  11. "Fifi Fini "
    Ha ! Ha ! Ha ! plutôt marrant le correct Glouglou ... c'est pas tous les jours dimanche que les robots se mettent à faire des lapsus !...
    À moins que ce ne soit M art'IN qui use de sa liberté créatrice !...

    “le citoyen se laisse pomper l’argent pour avoir accès à n’importe quoi !”

    Ben .... Faut bien s’occuper, hein ? sinon à quoi servirait toutes ces grosses liasses de papier que l’on traîne avec soi dans les poches ?...
    Et pis les gniards ... ça nécessite quand même de faire semblant d’être cultivé ... Y paraît que ça va avec le rôle de "citoyen" ... être cultivé.
    Sinon , je te le concède, il y a bien aussi la mobylette, ou encore aller regarder les derniers écrans plats dans le supermarket du coin ... une vraie œuvre d’art, ces écrans plats, surtout quand passe dessus Madonna, la grande prêtresse.
    Y paraît qu’on va bientôt pouvoir la porter à son poignet, je veux dire la grande prêtresse ...

    Un certain Baudrillard, qui sans doute n’avait, lui non plus, rien d’autre à faire de son temps, se mit à critiquer la télévision.
    Fort bien, s'il est question de programmes et de se lamenter sur les contenus lénifiants. Que nenni ! Dans la trace des situationnistes - pillés comme de coutume-, et de leur concept de spectacle, Baudrillard incriminait la technique même, laquelle se propose rien de moins que de mettre à distance le réel, de PRIVER de réel pour qu'il ne soit plus que contemplé par une foultitude de spectateurs séparés les uns des autres : la question n'est pas dans les contenus, mais dans la forme qu'organise la séparation. Quelle différence entre contempler ... et contempler ? Chacun a chez soi, très certainement, un superbe Duchamp, qu'il peut, sous l'emprise d'un besoin pressant d'art, venir contempler dans une petite pièce spécialement consacrée à la contemplation ... Pour autant, qu'autorise ce 2 pièces cuisine, avé toilettes, SVP, d'une "liberté créatrice" ? That's THE question ?

    RépondreSupprimer
  12. C’est bien vrai tiens que la technique sert à mettre la distance au réel, c’est bien vu...J’ai eu un débat tout à l’heure sur Médiapart sur le sujet...Dommage que je t’ai lu plus tôt, cher Pim

    RépondreSupprimer