jeudi 20 avril 2017

Dernière ligne droite

ERBY
La fièvre monte en Hexagonie. Le thermomètre affiche des alertes inquiétantes et prévoit des comas prolongés. Guinguette et Rock and Roll. Jazz manouche et Mala Vida sont au programme. Bref, on se la pète trash pour finir Barbara Cartland.
Tout le monde se détend. On dilate le zygo, gueule caressée par le vent qui fait du vent avec le vent. Contents, mécontents, le ruban pavoise au-dessus de nos têtes, dessine des planètes, balance des mystères, tape des belotes improbables chez les fabricants de casseroles.
J moins quatre. Pipés ou pas, les dés sont jetés. On palabre. On crie à la triche. On menace. On dégaine. On tire. Beaucoup de dommages et un tas d’intérêts dans la haute. Mais on ne rembourse personne. Que voyons-nous ? Misère ! Rien que de la misère. Et des bateleurs misérables !
Mais pourquoi fallait-il que ça tombe sur moi ? Parole, si je suis témoin, c'est à mon corps défendant. Je n'ai rien demandé à personne... Si seulement je m'étais trouvé là où l'on me l'avait sagement recommandé ! Non, monsieur l'agent, ce n'est pas juste !... Pour vous donner une idée, j'irai même voter à la prochaine élection... J'ai le sens civique, moi !... Mais surtout une grosse pétoche devant l’incertitude !
Circulez, il n'y a rien à voir !... Pardonnez, mais les gens qui n'ont rien vu ont toujours quelque chose à voir, non ? Nom, prénom, âge, qualité... Et parce que c'est vous, vous êtes quitte pour le visionnage en boucle d’un cours d’éducation civique. A quoi vous a servi l’école ?...
Le voisinage ?... Ne vous inquiétez pas, les médias s'en occupent... Ils vous trouvent une arme au numéro de série parfaitement lisible tout au fond du Triangle des Bermudes en moins de temps qu'il ne faut pour ravaler une glaire !
Pour le reste... Quel reste ?... Si j’ai des restes à déclarer ?... C'est le moment, mon gars, parce qu'après, c'est du surplus. Nuit blanche, c'est à la tête du client… A prendre ou à laisser... A votre place, je réfléchirai à deux fois... N'avez vraiment rien à déclarer ?... Même pas un léger ras-le-bol ?... Êtes-vous sûr que parmi vos voisins de palier il n’y a pas quelques fraudeurs sociaux ?... Un arabe recalé ?... Un complotiste new age ?... Un vendeur de cannabis ?... Un chaveziste pro-castriste ?... Des lanceurs d’alerte colportant des fausses nouvelles ?... Des travailleurs au noir ?... Une filière djihadiste dans vos relations ?...
Profitez-en, c’est élection. Tout s’achète. Tout se vend. A commencer par votre paix citoyenne. Il suffit d’y mettre le prix !...

Sous l’Casque d’Erby



10 commentaires:

  1. Le bonjour aux caillardeuses et aux caillouteux. Plus on regarde, plus on écoute, plus on est paumés. Sauf sur un point : on nous nique la gueule !
    La bonne journée, car il fait beau, très beau chez les druides.

    RépondreSupprimer
  2. Je pensais envoyer ceci sur le précédent article, mais c'est encore mieux sur celui-là, encore meilleur !

    ‘Il y a d’abord ceux qui pensent qu’il faut que tout change (pour les salariés) pour que rien ne bouge (pour leurs protecteurs).’
    C’est ainsi que Pierre Concialdi commence dans le numéro d’avril de « Siné Mensuel » un bel article titré ‘des idées qu’on va payer cher’(rubrique Économie). Mais, dans ‘On ne demande pas la Lune’, il commence ainsi son ‘coup de boule’ (titre de la rubrique) :
    ‘Heureusement qu’ils sont là les camarades guyanais pour pousser une gueulante. Les fusées s’envolent pour la Lune mais ils ont les pieds bien sur terre. ‘Nou bon ké sa’ On en a marre ! Ça se passe à des milliers de kilomètres. On les entend pourtant bien plus que nous qui pataugeons, la mine abasourdie, dans le marais fétide d’un lamentable feuilleton de téléréalité, politique on nous dit.(...)’
    VOILA... le reste à lire SUR PAPIER, dans ce numéro qui fera date !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela me plaît d'autant plus, Rémi, que j'ai toujours été un inconditionnel de Siné. Quel sacré bonhomme ! Et je suis sûr que là où il se trouve aujourd'hui, ce n'est pas la "paix au village" !

      Supprimer
    2. En écho à la lutte actuelle des Guyanais, l’énergique leader Élie Domota a rappelé l’intense lutte sociale des Guadeloupéens l’hiver 2008-2009, du temps de Fillon premier ministre : c’était dans l’émission d’histoire de Jean Lebrun ce 20 avril. En conclusion, Domota a bien sûr insisté sur le poids colonial ACTUEL des « départements d’Outre-Mer »... qu’aucun postulant à l’Élysée ne propose explicitement abolir !...: aǐe! "Patate Chaude"!

      Supprimer
  3. Il règne un mauvais esprit sur ce blog, c'est incroyable ! :-)
    Ces pauvres petits hommes politiques si mignons, si intègres, si gentils...pourquoi les attaquer ainsi ?
    C'est pô bien ! ;-) ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ma bonne dame, il faut dire aussi que ces pot lithiques sont d'un lourd ! Durs, à déplacer !

      Supprimer
  4. Ah ! Et puisque c'est la dernière ligne droite, n'oubliez pas dimanche de mettre en selle monsieur Amont bien sûr !

    Allez, chauffe Marcel !

    RépondreSupprimer
  5. Un apéro entre voisins et le tour est joué !

    RépondreSupprimer
  6. "Mes coups de cœur" de l'amie Anne-Marie se succèdent vite et nombreux (voir colonne de droite).
    J'ai failli louper celui de l'émission de Daniel Mermet, sur les raisons de la Manif parisienne qui a lieu EN CE MOMENT MêME !
    voir la vidéo de Mermet : https://rannemarie.wordpress.com/2017/04/22/premier-tour-social/

    RépondreSupprimer