dimanche 11 décembre 2016

Emmanuel Macron, la Révulsion en marche !

ERBY
Emmanuel Jean-Michel Frédéric Macron est né un 21 décembre dans la Somme. Du signe du Sagittaire, dernier décan, on le dit lié à l'élément classique du Feu. Dans la mythologie grecque, les natifs du signe représentent le centaure, créature qui interpelle, moitié canasson, moitié homme. Bonjour l’accouplement !
Vue son apparence actuelle, il a dû faire appel aux services de la chirurgie esthétique, ce qui n’est nullement surprenant, du fait que papa-maman exercent tous deux dans le milieu médical.
Au bahut, fils Macron galope de la sixième à la première avec l’énergie d’un pur-sang chez les jésuites d’Amiens. Cela a une autre allure que le neuf-trois, où ne pousse que de la racaille islamisante, du chômeur longue durée et des dealers formés à l’école colombienne !
D’Amiens à Paris, un billet de train suffit aux parents pour le faire atterrir au lycée Henri-IV, où il obtient le bac S avec la mention très bien. Après, c’est la filante : hypokhâgne et khâgne toujours à Henri-IV, mais, petit coup de fatigue, échoue au concours d’entrée à l’École normale supérieure. Pas grave, le gars est pugnace et tel l’haliotide scotché à la rocaille obtient une maîtrise, un DEA de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre. Diplômé à 24 ans de l'Institut d'études politiques de Paris (2001), il étudie à l'ENA à Strasbourg de 2002 à 2004 dans la promotion Léopold Sédar Senghor – c’est fou le nombre de promotions portant des noms exotiques dans les grandes écoles ! –, pour laquelle le classement final est annulé ( ?!) par le Conseil d'État…
Aucune importance, puisque cela ne l’empêche pas d’être affecté à l'Inspection des finances. Correct pour un gars qui, selon les mauvaises langues, des « éléments de sa biographie ont fait l'objet d'incertitudes et de contradictions. Ainsi, il a prétendu avoir réalisé un mémoire sur l'intérêt général, en rapport avec la philosophie du droit de Hegel, sous la direction d'Étienne Balibar, mais ce dernier indique ne pas avoir de souvenir ni de trace de cet épisode. » Quel amnésique, ce Balibar !
Titillé par on ne sait quel démon, il démissionne de l'inspection des finances : « Étant énarque, il devait dix ans de services à l'État ; n'en ayant effectué que six (ses deux ans comme ministre n'étant pas comptés), il doit donc s'acquitter de la somme de 54 000 euros ». On espère qu’il a emprunté cette somme à un taux moins usurier que ceux pratiqués par les banquiers sur le vulgum pecus !
Entre temps, Emmanuel Jean-Michel Frédéric Macron, devient banquier d'affaires chez Rothschild & Cie sur recommandation de Jacques Attali (une référence) et de Serge Weinberg (guérillero du mouvement des Tupamaros), indiquant que « l'échec de son militantisme local et l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République l'ont poussé vers cette activité » !
Sans doute aussi pour contrecarrer l’action conjuguée du capitalisme sauvage, pour l’avoir côtoyé de près, en court-circuitant l’action néfaste de George Soros et de sa horde gravitationnelle. Un vrai militant de la cause du peuple ! Prenez-en de la graine, partisans des thèses bakouniniennes, guévaristes de tout poil et autres utopistes, Emmanuel Macron est ce dissident rothschildien ayant gagné le maquis pour mener une guerre totale contre la pornographie capitaliste. Preuve en est, ses lois pour le travail du dimanche, le travail de nuit, lors de l'exercice de son ministère sous Hollande, ne sont-elles pas des modèles révolutionnaires ? Il manque les décrets d'application ? Et alors !...
Avec son mouvement politique En marche, enfin libéré des contraintes hollandistes, ce guérillero New-Age, avec son treillis militaire trois pièces, taillé par des couturiers sous acide gagnés à sa cause, ne laisse aucune chance à ses adversaires. Installé au milieu de la tablée, il affiche ses intentions : éradiquer tout ce qui pollue la scène politique hexagonale.
Courage Emmanuel, le peuple te contemple, le nez collé à son assiettée de Chili con carne, glanée aux Restos du Coeur !

Sous l'Casque d'Erby


8 commentaires:

  1. Bonjour aux caillardeuses et aux caillouteux. Eh, oui, il s’en passe des belles dans la vie. A ne pas manquer la vidéo du jour transmise par Erby, colonne de droite.
    Le bon dimanche à toutes et à tous.

    RépondreSupprimer
  2. Acqueux salut (sans Paul R. dedans, c'est la dèche).
    On s'amuse, on se marre, on s'esclaffe. J'ai passé la matinée à préparer un article sur les compteurs dits "intelligents" par les mêmes qui briguent nos suffrages. Avec pléthore de textes d'accompagnement, fosse kiffe haut ! Tiens, histoire de rire...

    Quant au brouillard, depuis hier matin il commence à "nous les briser MENU !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Jean-Claude. Je trouve extraordinaire l'appellation "compteur intelligents". Si avec ça, on ne nous prend pas pour des...

      Supprimer
  3. Sans commentaire et on ne rit pas ! http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/manuel-valls-ma-candidature-est-une-revolte-584d4a89cd70bb41f08e312a

    RépondreSupprimer
  4. Entre révolte vallsienne et révolution macronienne, je ne sais plus où le dois ranger ma kalach et mes pains de plastic... Bon, on leur nous souhaite de ne pas dépasser 5% en mai.

    RépondreSupprimer
  5. Excellent CV d'oligarque qui rappelle le précédent... J'espère que l'heure de la justice est proche.

    RépondreSupprimer
  6. un seul cri : bravo les caillouteux !

    RépondreSupprimer