vendredi 23 janvier 2015

Unité ou unicité, où est l'arnaque ?


« La peinture est belle, mais la coque est pourrie », disent, lapidaires, mes frères les bretons quand quelqu'un cherche à présenter une daube comme « l'affaire du siècle ». C'est un peu à cela que je pense avec le débat sur la laïcité dont la déferlante médiatique emporte tout sur son passage, à commencer par la raison, depuis la tragédie du 7 janvier dans les locaux de Charlie. De l'école à l'entreprise, des locaux du Pôle Emploi, de loin la plus grosse boîte hexagonale, aux banques alimentaires, une autre grosse boîte, ça cogne à faire trembler comme rarement depuis des décennies l'édifice mental d'un quidam au bord de la crise de nerfs. Un mot et un mensonge dans cette campagne de rééducation, comme si le peuple était cet enfant délinquant nécessitant un suivi judiciaire pour le ramener dans le droit chemin. Le mot : unité, ce qui inclut clairement dans sa définition, la pluralité. Nous en sommes loin. Le mensonge : « unicité », terme englobant subtilement domination et exclusion, puisqu'elle se désigne comme « unique », excluant de fait... l'idée de pluralité. Tordu ? Pas tant que ça… 
Un exemple, parmi d'autres, que je viens de saisir dans « Mes coups de cœur » pour illustrer le propos et qui ne manque pas de caféine. Il concerne Dame Aubry et la ville de Lille, dont elle est la Maire. La chose a eu lieu à l'occasion de la minute de silence ordonnée en commémoration des assassinats du début du mois. Pour « refus d'obtempérer », trois agents de la Mairie de Lille vont être sanctionner, a-t-elle fait savoir !
Voici, le courrier qu'elle a inspiré à Rudolf Bkouche, ancien professeur à l’Université Lille 1 dont je vous livre extrait et lien : 

Madame la Maire de Lille, 

J’apprends qu’il est question de sanctionner trois agents de la Mairie de Lille pour refus d’obtempérer à l’ordre de minute de silence organisée pour commémorer les assassinats de la semaine dernière. Une telle décision me semble incroyable. Comment la Maire d’une grande ville de France, de surcroît membre du Parti Socialiste, peut-elle se livrer à un tel manquement à la liberté d’expression des employés de la Mairie qu’elle dirige. 
Enseignant à la retraite depuis quinze ans, je peux vous assurer que si j’avais encore été en activité, j’aurais refusé cette minute de silence imposée par l’Administration. 
L’État, en la personne du Président de la République, a transformé l’émotion qui s’est développée dans le pays après les meurtres de la semaine dernière en opération à grand spectacle ; d’une certaine façon, cela relève de l’imposture. Il faudrait pour montrer patte blanche d’une part participer à une minute de silence imposée et d’autre part se réfugier dans le nouveau slogan à la mode « je suis charlie ». Cette participation à la bêtise ambiante serait ainsi la preuve que l’on condamne les assassinats perpétrés par des terroristes se réclamant de l’Islam. 
Il m’est impossible d’accepter que l’on fasse de ce rituel imbécile une preuve de bonne foi quant à la condamnation des assassinats. Ce serait prendre les citoyens pour des imbéciles prêts à accepter les injonctions des autorités dites supérieures. Ce serait imposer à ces mêmes citoyens une forme d’expression imposée et tout cela au nom de la défense de la liberté d’expression. Sans oublier que cette mascarade est une injure à la mémoire de Cabu et Wolinsky qui ont appris à nombre de personnes de ma génération la valeur de l’irrespect. Mais il est vrai que, Cabu et Wolinsky assassinés, il est préférable d’en faire des icônes, cela peut toujours servir.

Sous l'casque d'Erby


5 commentaires:

  1. Bonjour les caillardeuses et les caillardeux. J'adore le Erby du jour ! Limpide !

    RépondreSupprimer
  2. Uni+Cité = Arnaque ...
    La Cheffffe de la Cité lilloise, à défaut de régner à l'Élysée (ce sera pour la prochaine fois?) prend pour des enfants de chœur ses administrés : la lettre de "l'ancien" est un bijou ! Et ton billet, Rodolphe, est excellent, merci !

    Autre chose excellente : Erwan, le tranquille cénobite, présente élogieusement ton bouquin !

    RépondreSupprimer
  3. l’évide dense ou l’évide danse ou danse avec les loups ou loup est tu ? ou tut, tut! ou comment profiter de ses immondes assassinas pour nous coller un voile de bd recouvrant notre identité,nos sens, nos imaginaires et faire taire la liberté....de réfléchir un brin.

    RépondreSupprimer
  4. C'est stupéfiant, au nom de la liberté de pensée... Bientôt Cayenne !

    RépondreSupprimer