samedi 17 janvier 2015

Frères palestiniens, soyez patients, votre tour viendra

La Cour pénale internationale (CPI pour les intimes) est ce bidule mis en place par tous les fomentateurs de guerres pour apaiser les consciences des peuples perturbés dans leur karma en leur présentant de temps en temps un lampiste pour être jugé pour « crimes de guerre » où, plus fort encore, « crimes contre l'humanité » ! De ces salamalecs très juridiques il ressort avec évidence que jeter de l'argent par les fenêtres est chose bien réelle en ces temps de grande crise économique et surtout morale. Mais comme le cynisme n'est plus à un excès près, on continue.

Ainsi, ce vendredi, entre deux images sur l'enterrement des frères Charlie, où le délire atteignait des pics gigantesques, la CPI annonçait en lousdoc que sa Procureure, une certaine Dame Fatou Bensouda, allait ouvrir un « examen préliminaire » de la situation en Palestine, précisant bien – c'est important – que le dit examen « n'est pas une enquête [on en est loin !], mais bien un processus d'examen de l'information disponible permettant de déterminer de façon pleinement informée s'il existe une base suffisante pour procéder à une enquête en vertu du critère établi par le Statut de Rome ». Si vous n'avez rien compris, pas grave, parce qu'un peu plus bas, c'est pire. Car le fameux « Statut de Rome » le dit très clairement, le traité « n'établit aucun délai [plus c'est long...] pour une décision sur un examen préliminaire ». Suite à quoi, et si les conclusions de l'examen préliminaire établit de manière formelle que des individus autant du côté israélien que palestinien ne sont pas glops-glops, à ce moment-là la procureure décidera de la tenue ou non d'une enquête !...

Il y a six ans, en 2008 ou 2009, la CPI avait déjà procédé à un « examen préliminaire » à la demande de l'Autorité Nationale Palestinienne. Quatre ans plus loin – entre temps ça avait sulfaté sévère contre le peuple palestinien, d'ailleurs ça n'a jamais arrêté – la CPI avait conclu qu'elle « ne pouvait pas initier d'enquête parce qu'à ce moment la Palestine n'avait pas adhéré au Statut de Rome. » !



Sous l'casque d'Erby




11 commentaires:

  1. Bonjour caillardeuses et caillardeux. Ce n'est pas le tout, mais quand faut y aller, on y va !

    RépondreSupprimer
  2. Salut les caillpalestines et caillpalestins,
    Putain dès le matin faut avoir le cerveau bien réveillé mais ça l'a fait.
    La bonne journée ensoleillée à St Nazer enfin pour le moment
    la bise

    RépondreSupprimer
  3. Il se trouve qu'avant-hier, j'ai retrouvé mon amie nantaise Sandrine Mansour-Merien, qui est surtout palestinienne et historienne... de la tragédie palestinienne, notamment. En tant que telle, elle a participé aux 2 fims de Maryse Gargour (autre franco-palestinienne) : "La Terre parle Arabe" et "A la recherche d'un pays perdu".
    C'est ce dernier film qui était projeté à St-Nazaire, commenté par Sandrine...
    Le premier film est plus général, celui de la longue histoire (depuis 1900) de résistance au sionisme (symbolisé par l'opposition la terre arabe et la ville des migrants juifs) et va bien avec l'illustration de ton beau billet .
    Le second nous concerne plus directement : le rôle-témoin des Français établis de longue date en Palestine (hôpitaux, écoles, couvents, commerce et diplomatie) et c'est dans ce cadre que j'ai modestement apporté à Sandrine mon petit caillou dans la préparation du film.

    Dans le débat qui a suivi le film, vendredi, il a été question de ce CPI, entre autres manières d'aider Sisyphe à remonter le gros caillou, d'aider la VIE du peuple de Palestine... : ce CPI n'est certes pas un outil très efficace MAIS il contribue à déstabiliser l'arrogance d'Israël.
    La Campagne BDS (boycott) aussi, les comités pro-Palestine aussi, les "visiteurs internationaux" aussi, etc.
    L'avenir reste ouvert: Palestine Vivra !

    RépondreSupprimer
  4. Un gros foutage de gueule envoyé aux palestiniens...

    RépondreSupprimer
  5. Les yeux en face des troubles
    Force est de constater que le fanatisme religieux sanguinaire est une bouée providentielle pour le capitalisme en train de boire la grande tasse. Au même titre que le fanatisme footballesque. Dans les deux cas, nous avons affaire à une réconciliation nationale miracle orchestrée par l’État, à un consensus social magique pacifiant chafouinement tout ce qui bouge de travers.
    La boucherie chez Charlie, de fait, est une vraie aubaine pour nos pires ennemis : les crapules politiciennes, patronales, policières, prêchi-prêcheuses entendant nous tenir sous leurs bottes par tous les moyens qui étaient les cibles privilégiées des tueurs à gags de Charlie Hebdo.
    Le seul acte de fraternisation envisageable avec ces racloirs à parquet lâchant leurs écluses au nom de la liberté d’expression, c’est de leur cracher dans les yeux chaque fois qu’on les croise.
    Soyons tous des Charlie cracheurs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ces yeux lucides "en face des troubles", de ton regard aigu, du lien à ce petit texte percutant de Siné-Mensuel, que tu complètes...

      Supprimer
    2. Un Siné toujours aussi lucide avec ses potes. Je n'arrive que maintenant, parce qu'hier je laissais tourner ma bécane pour une sauvegarde générale : quelque chose comme un téra à mouliner !

      Supprimer
  6. Volonté de non assistance à peuples en danger, sous couvert de salamalecs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En voilà un autre
      http://lesmoutonsenrages.fr/2015/01/18/parce-que-le-silence-est-un-crime/#more-76190

      Supprimer