samedi 1 mars 2014

Réalité



Mécanique



Qu’est-ce que la réalité ? Qu’est-ce qui est vrai ? Qui sommes-nous, qu’allons nous faire, à quoi ça sert la vie, la mort, pourquoi sommes nous ici ?... 
Nous continuons à clamer nos vérités, chacun la sienne, comme si chacune était unique alors que la substance même de la vérité, de ce que nous sommes est de plus en plus flou. La science de la mécanique quantique, nous projete vers un ailleurs plus diffus, global et interactif… 
Notre cerveau nous guide, créant des images, des sons, des émotions, des attachements, des conditionnements, que nous avons du mal a quitter. Nous avons besoin de nous réconforter. Nous nous créons des univers pour  moins  nous poser les questions qui restent en suspens, dans le vide. Le vide ne manque pas, l’univers, la matière, même solide, n’est fait que d’atomes, de cordes vibrantes, pleines de vide, tout comme les galaxies. Elles même faisant peut être partie d’un autre ensemble, solide, liquide ou d’éther. 
Un atome est composé d’un noyau minuscule, non pas fait de matières mais plutôt comme une pensée baignant dans un grand sac vide avec une probabilité d’électrons. Le tout existant ou pas.  Ce qui forme les choses n’ont pas de matière mais des idées ou les concepts. En vérité rien ne se touche vraiment, tout s’épouse et se défait. 
Nous nous créons une réalité que l’on prend pour un tout, univers unique créé par notre cerveau qui puise à travers nos sens. Nous sommes incroyablement accrochés à cette réalité extérieure alors que  l’intérieur devrait primer. La mécanique quantique nous en prouve l’intérêt. Toutes les personnes sont des énigmes, le mystère est d’autant plus complexe que nous ne savons pas répondre aux questions fondamentale qui nous gèrent. 
Chaque époque à ses vérités, qui, au fil du temps ne sont plus exactes et sont remplacées par d’autres… Nos imaginaires actionnent toujours les mêmes endroits du cerveau, de même quand  les images passent par nos sens. C’est donc notre cerveau qui crée notre univers. Nos réalité dépendent de nos émotions. Les informations qui nous traversent sont triées en fonction de ce qui nous concerne le plus, de ce qui nous touche. Nous ne traitons qu’une pointe de l’iceberg. 
Cet aspect nous rend unique quand à la compréhension de la « réalité » que l’on se crée. Notre cerveau stocke quelque part des informations non conscientes qui nous conditionneront quand même. Les manipulateurs professionnels le savent. Comme nous ne pouvons pas trop fatiguer notre esprit, celui-ci fait sans cesse référence à ce qu’il connait déjà, ainsi nous sommes capables de ne pas voir ce que l’on ne connait pas. Nous ne vivrions réellement que dans le présent, le passé, l’avenir devenant plus ou pas existant même si nous avons de cesse que de nous y référencer. 
Le présent apporte des possibilités sans fin. Quand on les regarde, notre cerveau en  choisit une. Or nous avons la faculté d’apercevoir une foule de possibilités. Pour cela il faut que nous nous rendions compte que les choses n’existent pas par elles-même. Elles ne sont pas fixe.  Le monde n’est pas là indépendamment de notre expérience. La conscience conduit le véhicule, c’est l’observateur.
Nous avons un autre pouvoir celui d’influencer  l’autre, les autres et donc les événements. L’eau est influencée par les émotions, les pensées. Ces molécules changent de forme en fonction de ce qu’elles reçoivent. C’est la mémoire de l’eau. Nous sommes fait de 85% d’eau… 
Nous savons que positiver améliore notre corps. La physique quantique nous dit que nous pouvons influencer notre comportement. Pour preuve concrète, la méditation, la méthode Coué… Les croyances qui fabriquent le miracle des guérisons. L’installation de la peur ou de choc qui peuvent assujettir l’individu et les masses à grande échelle. Nous avons notre monde macrobiotique et puis le monde de nos cellules, puis le monde de nos atomes, etc… Ce sont tous des mondes différents. 
Nous existons grâce à des niveaux de mondes différents qui interagissent ensemble, nous ne les connaissons pas tous.
Le concept d’un Dieu en dehors de nous qui aurait créé l’univers et qui nous jugerait parait totalement obsolète devant la mécanique quantique. Les religions ont été des erreurs. Elles on fait croire aux humains qu’il pouvaient se servir sur la terre comme dans un jardin. Elles ont provoqué les guerres l’inquisition,  la violence faites aux femmes et aux être humains en général. Elles ont divisé les humain. Ces imaginaires ont détourné les consciences des chemins intérieurs nous menant aux impasses qui sanctionnent aujourd’hui, la vie.
Il y a une substance chimique pour chaque émotion. Nous sommes faits de chimie qui nous dirige. La cellule est le plus petit récepteur de cette chimie et donc elle possède un état de conscience qui peut influencer tout le reste. Nos émotions sont la vie, le problème c’est la dépendance aux émotions, l’amour, la drogue, le risque, la peur, le sexe, le jeu, la domination, la soumission, le sport, la bouffe, le boulot, le stress, le gain de fric, l’accumulation, l’apparence, le culte de la surface. Le vieillissement est la dégradation de nos récepteurs au niveau de la cellule. La plupart des maladies psychologiques sont dues à de mauvais choix de vie. Les gens sont tellement influencés par les médias, la publicité, la politique et les lobbys, et les autres personnes qui se retrouvent dans le même état, qu’ils ne peuvent pas se réaliser, épanouir leur physique, leurs émotions sont prisonnières. Les valeurs comme la beautés profonde, l’amour, la connaissance sont rejetés et nous nous satisfaisons de la médiocrité.
Le bien et la mal n’existent pas, c’est une vision pauvre qui découle de nos religions basées sur le pêché et la récompense. Nous jugeons les choses de manière trop superficielle. Il faut essayer d’approfondir. Chaque personne est Dieu. Nous formons ensemble avec l’univers ce Dieu à condition que nous nous faisions confiance et que nous ménagions notre  esprit en l’aidant à s’épanouir. L’esprit de l’être humain est incroyablement puissant et nous pourrions l’aider à grandir pour peut-être pouvoir atteindre les réponses aux questions métaphysiques. Ainsi nous pourrions, par ce que nous nous influençons, participer à nous fabriquer un monde meilleur pour vivre. Nous sommes des créateurs de pensés, des créateur tout cour. Nous avons soif de connaissance par ce que la connaissance est notre médium.

 

Sous l'casque d'Erby 

Produit des rives ! Hé !...

 

18 commentaires:

  1. Bonjour les caillasseux. Temps sales. Plus le paysage s'éclaire devant et autour de nous, plus nous découvrons ruines et routes impraticables.
    Martine écrit dans son article, en somme assez positif, qu'il y a "une substance chimique pour chaque émotion", ajoutant que "la plupart des maladies psychologiques sont dues à de mauvais choix de vie", à notre dépendance à des émotions paradoxales et cependant inhérentes à chacun, comme "l’amour, la drogue, le risque, la peur, le sexe, le jeu, la domination, la soumission, le sport, la bouffe, le boulot, le stress, le gain de fric, l’accumulation... Les gens sont tellement influencés par les médias, la publicité, la politique et les lobbys, qu’ils ne peuvent pas se réaliser, épanouir leur physique... Les valeurs comme la beautés profonde, l’amour, la connaissance sont rejetés et nous nous satisfaisons de la médiocrité."
    Je ne peux m'empêcher de corréler ce passage avec cet autre lu tout à l'heure Chez Pim, un empêcheur de penser en rond, sur un sujet d'actualité mettant en relief la pathologie ambiante :
    ... "On aura pu constater, ces dernières semaines, en Ukraine, combien cette raison marchande n'hésite nullement à soutenir là les fascistes, nazillons et autres "antisémites", qu'ici elle condamne.
    L'hypocrisie, le mensonge, l'instrumentalisation de forces occultes et de chiens de guerre est toujours sa méthode, en Ukraine, comme en Syrie - où elle soutient les milices armées djihadistes, tout en condamnant, de manière schizophréniques les jeunes qui vont les soutenir -, comme elle le fut pareillement contre la révolution spartakiste de Berlin en 1919, où le social-démocrate Noske sut utiliser les Corps francs rentrés de la guerre pour assassiner à qui mieux mieux tous ceux qui s'opposaient à son ascension ...
    On ferait bien de méditer la leçon qui pourrait bien se répéter à l'occasion des évolutions de la situation du capitalisme mondialisé."
    Bon week-end à tous. On s'amuse bien, tant qu'on peut, c'est un conseil d'ami.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voici le lien de Chez Pim d'où est extraite la citation de fin de commentaire et qui s'est barré par une mystérieuse alchimie : Rat bout gris

      Supprimer
  2. t'es content ? Tu nous as collé la migraine dès potron minet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas mieux par chez vous avec votre approche picturale du week-end. Me reste la vidéo à regarder et le commentaire qui va avec ! On s'accroche !

      Supprimer
  3. M art IN-euhh!! Il y a bien des réflexions qui, "migraineuse" ou pas, sont utiles et belles dans ton article. Merci !
    Mais, par exemple, je ne suis pas du tout avec celle-ci : "Nous sommes incroyablement accrochés à cette réalité extérieure alors que l’intérieur devrait primer."
    Il n'y a là que la stricte nécessité de vivre de la réalité extérieure : respirer du bon air, boire de la bonne eau (et pas que, mais c'est déjà du luxe), se chauffer du bon soleil (ou se protéger de son excès) ou autres (vêtements, chauffage, logement), se nourrir de bons aliments, etc.
    Ce n'est qu'APRES ce minimum de besoins vitaux minima satisfaits que l'on a loisir de voir plus avant en soi, et vers l'intérieur des choses : "ventre affamé n'a pas d'oreille"... et très vite, aussi "pain et liberté" vont de pair...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a aussi cette autre pensée, assez bileuse, je le concède : "si l'aveugle est sourd et de surcroît boustrouillé du colon, il n'a pas fini de pousser."

      Supprimer
    2. Oui , Mon Rémichhhh, je suis bien d’accord avec la deuxième partit de ton commentaire, "ventre affamé n'a pas d'oreille ».... J’y médite depuis un moment , quand on sait que 80 ultra riches gagnent ce que la moitié de la population de la terre posède...Je pense qu’il y a quelque chose à faire pour pouvoir décoller de ses besoins vitaux qui nous prennent la tête. Il faut se dégager aussi des besoins que l’on nous crée, nous rendant justement dépendant. J’ai connu en Afrique des gens ultra pauvres qui avaient la notion exacte du présent tout en ayant conscience de leur environnement , ils avaient encore un dialogue avec ce dernier et la notion que ce que je croyais être la réalité n’était qu’illusion...
      Pour le début de ton commentaire bien entendu puisque tout atomes compris dans la matière interagit ensemble, dans un élan créateur, le bien être est primordiale ...Jusqu’à une certaine limite

      Supprimer
  4. « L'émotion, les sensations étaient à l'origine et au cœur de ce qui nous faisait humain », disait Darwin.

    « Tout est lié. Tout est vivant. Tout est interdépendant », nous dit Amadou Hampâté Bâ. Les images que l'on voit ne sont pas toujours représentatives de ce qu'elles sont sensées représenter : « si la branche veut fleurir, qu'elle honore ses racines. »

    RépondreSupprimer
  5. "Nous sommes de cette étoffe sur laquelle naissent les rêves, et nos rêves naissent longtemps avant que nous sachions de quoi cette étoffe est faite", dit Shakespeare.
    Voilà des penseurs avisés depuis longtemps...

    RépondreSupprimer
  6. C'est samedi pilozophical 😁
    Les religions sont surtout une affaire politique. Il n'y a que les simples qui s'interrogent : et Dieu dans tout ça ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, les religions lui disent le plus souvent : "Toi, tu la boucles..."

      Les vrais croyants sont ceux qui au moins ont pris leurs distances avec les hiérarchies religieuses, voire ont suffisamment réfléchi pour se faire une relation avec plus grand qu'eux bien particulière.

      Supprimer
  7. Ce sont donc ceux que tu appelles "les simples" qui nous gouvernent en ce moment. Pour ma part je considère que nous sommes tous humains, une forme parmi les bêtes et je n’ai ni Dieu ni maitre, tout comme toi je suppose .

    RépondreSupprimer
  8. Puisqu'on en est aux citations bien senties, la seule référence à Dieu qui me convienne et que j'ai fait mienne depuis des lustres est celle d'Aristote : " Dieu est trop parfait pour pouvoir penser à autre chose qu'à lui-même ". Tout est dit !

    RépondreSupprimer
  9. La manifestation antiraciste et anticoloniale d'aujourd'hui à Paris est interdite !!! ... il fait fort, depuis Nantes, le Valls !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... mais c'est bien long ! (avant qu'il éjecte)

      Supprimer
  10. Je corrige mon précédent commentaire. Les simples mortels voulais-je dire, c'est-à-dire ceux qui ne tirent pas les ficelles, à qui la religion justifie la pauvreté en échange du paradis... ou la guerre pour le bien...

    RépondreSupprimer
  11. Comme dirait l’autre, "la religion c’est l’opium du peuple...."

    RépondreSupprimer